BFMTV

Sénégal: des centaines de pêcheurs touchés par une mystérieuse maladie cutanée

Un pêcheur trie ses filets devant la cimenterie SOCOCIM, le long du littoral à Bargny, au Sénégal, le 16 juin 2020.

Un pêcheur trie ses filets devant la cimenterie SOCOCIM, le long du littoral à Bargny, au Sénégal, le 16 juin 2020. - John Wessels - AFP

Les médias du pays ont montré des hommes, tous des pêcheurs, atteints de nombreux boutons, parfois impressionnants, au visage, à la bouche ou aux membres. La cause de éruptions cutanées est encore inconnue.

Au moins 300 pêcheurs sénégalais présentent à leur retour sur terre les symptômes d'une maladie cutanée dont la cause demeure inconnue, mais qui pourrait avoir une "origine toxique", a indiqué jeudi le ministre de la Santé du pays.

"Depuis deux jours, nous avons vu effectivement apparaître au niveau de Thiaroye (un port au sud de Dakar) une maladie dite mystérieuse qui attaque les pêcheurs qui reviennent de mer, qui souvent ont des lésions", a déclaré à la presse le ministre, Abdoulaye Diouf Sarr.

Les médias ont montré des hommes, tous des pêcheurs, au visage, à la bouche ou aux membres atteints de nombreux boutons, parfois impressionnants.

"A ce jour, nous avons identifié plus de 300 cas et l'identification se poursuit au fur et à mesure que les pêcheurs reviennent de mer. Parmi ces cas, on en a 18 qui sont hospitalisés et les autres sont pris en charge dans des endroits dédiés", a expliqué le ministre.

"Ce n'est pas du tout lié au Covid"

L'Institut Pasteur et le centre anti-poison du ministère ont été sollicités pour analyser les causes de la maladie, a-t-il dit.

"Ce que nous pouvons dire aujourd'hui, c'est que ce n'est pas du tout lié au Covid parce que les tests Covid ont été négatifs, et on n'a pas non plus vu la présence de virus, ce qui bien sûr peut nous faire penser à une origine toxique", a dit Abdoulaye Diouf Sarr.

Les services de l'Environnement vont analyser de l'eau de mer, a-t-il ajouté. Selon lui, "il n'y a pas de soupçon" que cette maladie soit contagieuse puisque "seuls les pêcheurs qui reviennent de la mer sont touchés" et qu'il n'y a pas de propagation au domicile.

S.B.-E. avec AFP