BFMTV

Sebastien Gorka, (encore) un conseiller qui quitte la Maison Blanche

À gauche, Sebastien Gorka, désormais ex-conseiller de Donald Trump

À gauche, Sebastien Gorka, désormais ex-conseiller de Donald Trump - ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Il n'est pas clair, pour l'heure, si le conseiller de Donald Trump est parti à la suite d'un limogeage, ou d'une démission.

La liste n'en finit pas. Sebastian Gorka, un conseiller controversé du président américain Donald Trump, a quitté la Maison Blanche, a déclaré ce vendredi soir un responsable de l'administration.

Des informations contradictoires circulaient dans les médias sur la question de savoir si l'homme âgé 46 ans avait été relevé de ses fonctions ou s'il avait démissionné.

"Sebastian Gorka n'a pas démissionné, mais je peux confirmer qu'il ne travaille plus pour la Maison Blanche", a déclaré un responsable de l'administration Trump sous le couvert de l'anonymat.

Sebastien Gorka a été accusé par ses détracteurs d'avoir des liens avec des groupes d'extrême droite, et d'autres ont mis en doute les compétences qu'il dit avoir dans le domaine de la lutte contre le terrorisme.

Une longue liste de départs

Le départ de Sebastian Gorka intervient peu après les démissions récentes de plusieurs autres membres de l'équipe rapprochée du président américain. Steve Bannon, conseiller spécial du milliardaire, a quitté son poste la semaine dernière, après plusieurs jours d'une profonde polémique provoquée par l'ambiguïté du Président sur les responsabilités derrière les violences racistes ayant secoué Charlottesville le 12 août.

Plus tôt, le 14 août dernier, c’était Kenneth Frazier qui quittait ses fonctions de conseiller économique pour protester contre les déclarations du Président sur les violences de Charlottesville. Sean Spicer, porte-parole du Président à la Maison Blanche, a également abandonné son poste pour se lever contre la nomination d’un nouveau directeur de la communication. Un pasteur new-yorkais avait notamment annoncé quitter le cercle de conseillers évangéliques de Donald Trump il y a plusieurs jours.

Julie Breon avec AFP