BFMTV

Russie: deux ans et demi de prison pour ne pas avoir dénoncé un attentat en préparation

L'homme a été condamné à deux ans et demi de prison

L'homme a été condamné à deux ans et demi de prison - Mladen ANTONOV / AFP

Un des auteurs présumés avait discuté à plusieurs reprises avec l'accusé de son intention de commettre un attentat à Saint-Pétersbourg.

Un Russe a été condamné ce lundi à deux ans et demi de prison pour ne pas avoir dénoncé les auteurs présumés d'un attentat en préparation à Saint-Pétersbourg et déjoué, selon le Kremlin, grâce à la coopération des États-Unis en 2017.

Son adhésion à l'idéologie de Daesh connue de l'accusé

En décembre 2017, le président russe Vladimir Poutine avait appelé Donald Trump pour le "remercier" de renseignements transmis par la CIA, qui avaient permis d'arrêter des personnes préparant un attentat dans la deuxième ville de Russie, notamment contre la très touristique cathédrale Notre-Dame-de-Kazan.

Chamil Omargadjiïev, 37 ans, "a été reconnu coupable par le tribunal Pouchkinski de Saint-Petersbourg" de non-dénonciation de crime et de détention d'armes illégale, a rapporté ce lundi le tribunal municipal dans un communiqué.

Selon cette même source, Chamil Omargadjiïev connaissait un auteur de l'attentat en préparation, Evgueni Efimov, 18 ans, et avait discuté à plusieurs reprises avec ce dernier de son intention de commettre un attentat et de son adhésion à l'idéologie de Daesh.

Sept personnes arrêtées au total

"Le 8 novembre 2017, Evgueni Efimov a notamment annoncé à Chamil Omargadjiïev avoir reçu un accord (...) pour faire exploser la cathédrale Notre-Dame-de-Kazan", a précisé le service de presse du tribunal. "Après avoir reçu cette information digne de foi, Chamil Omargadjiïev a pris la décision de ne pas le dénoncer auprès des forces de l'ordre".

Chamil Omargadjiïev "a reconnu sa culpabilité" alors que l'enquête contre les autres personnes poursuivies dans cette affaire n'est pas terminée.

Au total, sept personnes avaient été arrêtées en décembre 2017 après l'annonce des services de renseignement russes (FSB) du démantèlement d'une cellule de Daesh, qui s'apprêtaient à commettre ces attentats le 16 décembre à Saint-Pétersbourg.

M. F. avec AFP