BFMTV

Royaume-Uni: un islamiste condamné pour avoir montré des vidéos de décapitation à un enfant

Vue d'Oundle où vivait l'accusé.

Vue d'Oundle où vivait l'accusé. - Dyvroeth via Wikimédia Creative Commons

Un pharmacien de 38 ans a été condamné ce vendredi à six ans de prison au Royaume-Uni pour avoir tenté d'endoctriner deux enfants avec des thèses islamistes. Il a notamment montré des vidéos de décapitation à l'un d'entre eux.

Zameer Ghumra, un pharmacien établi au Royaume-Uni de 38 ans, a été condamné à six ans de prison ce vendredi par le tribunal de Nottingham, indique le Guardian. Le juge lui a reproché d'avoir fourni un "effort déterminé" pour endoctriner des enfants, deux frères, avec des vidéos et des thèses islamistes. Il l'a aussi accusé d'avoir exposé des enfants à des "crimes choquants" susceptibles de les traumatiser, et l'a blâmé pour son "absence de remords". Zameer Ghumra a notamment fait voir à l'un des deux enfants dont il a cherché à laver le cerveau des vidéos de décapitation de Daesh. Abonné sur les réseaux sociaux à des comptes de jihadistes, il a également fait en sorte que ses "pupilles" malgré eux fassent de même. 

Les enfants se réveillaient, effrayés, en pleine nuit

L'homme était aussi en contact avec un prêcheur radical emprisonné avec lequel il discutait en ligne. En plus d'exhiber ces vidéos brutales, et d'abreuver les frères de sentences salafistes, il leur a encore appris à se battre avec des couteaux et à faire face à une attaque à la bombe. Il les récompensait en leur donnant des bonbons à l'occasion. 

L'un des enfants a dit devant les magistrats: "Regarder ces vidéos me dégoûtait. Il disait: 'Si tu aimes vraiment Allah, alors tu le fais.' Je lui ai dit que j'avais un sentiment horrible quand je les regardais". Il a aussi déclaré: "Il pense que si un non-musulman dit quelque chose de mal sur l'islam, il faut le tuer, et qu'on ne peut pas être ami avec des gens qui ne sont pas musulmans". La mère des deux enfants, qui ont apporté des éléments à l'instruction concernant le contenu des heures passées avec l'accusé, a expliqué s'être préoccupée de plus en plus de l'influence de Ghumra sur ses fils en constatant notamment que ceux-ci "se réveillaient la nuit, pensant que quelqu'un cherchait à les tuer".

Robin Verner