BFMTV

Royaume-Uni: boire durant la grossesse pourrait devenir criminel

Une mère pourrait être reconnue coupable de crime en Grande-Bretagne pour avoir bu pendant sa grossesse (illustration).

Une mère pourrait être reconnue coupable de crime en Grande-Bretagne pour avoir bu pendant sa grossesse (illustration). - Philippe Huguen - AFP

Une mère alcoolique est jugée au Royaume-Uni pour avoir bu à l'excès durant sa grossesse. Sa fille souffre aujourd'hui d'un syndrome d'alcoolisation fœtale. Inédit, le cas pourrait faire jurisprudence.

Faut-il punir une femme parce qu'elle a bu pendant sa grossesse? Une mère est jugée depuis mercredi dans le nord-ouest du Royaume-Uni pour avoir bu alors qu’elle était enceinte. Sa fille, désormais âgée de sept ans, souffre de séquelles physiques et d’un retard mental liés, selon les médecins, à une consommation d'alcool excessive pendant la grossesse.

Une demi-bouteille de vodka par jour

La mère est accusée par la municipalité en charge de la fillette d’avoir consommé une demi-bouteille de vodka et huit canettes de bière par jour au cours de sa grossesse, alors qu’elle avait été avertie des dangers pour son fœtus. Elle pourrait être jugée coupable de "crime avec violence" par la Cour d’appel, selon le Telegraph

"Cette femme souffrait d’une addiction sérieuse à l’alcool quand elle a conçu son deuxième enfant. Elle a explicitement discuté à deux reprises des dangers de l’alcool avec un travailleur social", a accusé l’avocat de la commune John Foy QC, rapporte le Guardian. Selon lui, la mère avait commencé à boire à 13 ans, et consommait quotidiennement de l’alcool depuis ses 17 ans.

Un fœtus reconnu comme victime d'homicide?

La fillette, aujourd’hui placée en famille d’accueil, avait été considérée comme victime de l’alcoolisme de sa mère biologique en première instance. La Chambre d'appel administrative avait cassé cette décision en décembre 2013, au motif que l'enfant à naître ne pouvait pas en être considéré comme victime puisqu'au Royaume-Uni le fœtus n'est pas légalement considéré comme une personne à part entière. L’avocat de l’accusation souhaite désormais que l’infraction présumée soit considérée comme un homicide. Son objectif: obtenir une indemnisation, qui permettrait de couvrir les nombreux frais médicaux aujourd’hui pris en charge par la municipalité.

Une affaire qui pourrait faire jurisprudence au Royaume-Uni

Outre-manche, la criminalisation de l’abus d’alcool pendant la grossesse ne fait pas l’unanimité. Le British Pregnancy Advisory Service et Birthrights, deux organismes de défense des femmes enceintes, ont mis en garde contre le danger d’une telle décision de justice, qui pourrait "réduire sérieusement l’autonomie des femmes pendant leur grossesse ainsi que leur liberté de choix". Leur crainte : que la décision de la Cour d’appel ouvre la voie à la criminalisation d'autres comportements, comme le fait de suivre un traitement pendant sa grossesse, ou même de refuser une césarienne. Si Cour d'appel décide effectivement de condamner la mère, le cas pourrait faire jurisprudence et rendre répréhensible la consommation d'alcool pendant la grossesse. C'est le cas aux Etats-Unis, dans le Tennessee, où des femmes ont déjà écopé de peines de prison pour avoir bu ou consommé de la drogue au cours de leur grossesse.

Juliette Deborde