BFMTV

"Renvoyez-là!": lors d'un meeting, les supporters de Trump s'en prennent à la démocrate Ilhan Omar

Ilhan Omar en 2016

Ilhan Omar en 2016 - STEPHEN MATUREN / AFP

Lors d'un meeting en Caroline du Nord, Donald Trump a de nouveau attaqué les quatre élues démocrates issues de minorités, dont Ilhan Omar, pour qui la foule a demandé de la "renvoyer" chez elle.

"Renvoyez-là! Renvoyez-là!", a scandé la foule lors d'un meeting de Donald Trump à Greenville en Caroline du Nord (États-Unis) mercredi. Les partisans du président américain s'en sont pris à la député américaine Ilhan Omar, déjà la cible de tweets racistes de Donald Trump.

"Idéologues de gauche"

Devant une marée de casquettes rouges "Make America Great Again", Donald Trump a d'abord évoqué les noms d'Alexandria Ocasio-Cortez, Rashida Tlaib, Ayanna Pressley et Ilhan Omar, quatre élues démocrates issues de minorités, auxquelles il avait déjà conseillé dans un tweet de "retourner" chacune dans son pays d'origine.

"Ces idéologues de gauche (...) veulent détruire notre Constitution, supprimer les valeurs sur lesquelles notre magnifique pays a été bâti", a-t-il lancé depuis Greenville, en Caroline du Nord.

Lorsque le président a prononcé le nom d'Ilhan Omar, première femme musulmane élue au Congrès américain, les partisans de Donald Trump ont scandé de la "renvoyez chez elle", en référence à ses origines somaliennes.

Cette dernière a en effet fuit la guerre civile de son pays pour rejoindre les États-Unis en 1995. Ilhan Omar est nationalisée américaine depuis 2000, c'est-à-dire depuis plus longtemps que la Première dame Melania Trump.

Public "formidable"

Globalement très agressif vis-à-vis de ces quatre femmes qu'il qualifie désormais de "méchantes jeunes élues socialistes", Donald Trump s'est montré particulièrement ironique en évoquant Alexandria Ocasio-Cortez, jeune représentante de New York.

"Je n'ai pas le temps de prononcer trois noms, on va l'appeler Cortez...", a lancé le président des États-Unis.

La très médiatique "AOC", benjamine de la Chambre des représentants, a déclenché une polémique mi-juin en comparant les camps de rétention pour migrants érigés à la frontière sud des Etats-Unis à des "camps de concentration".

De retour à la Maison-Blanche, Donald Trump a félicité sur Twitter le "public formidable" du meeting de Greenville.

Des attaques auxquelles la démocrate Ilhan Omar a répondu dans la soirée: "Vous pouvez me tirer dessus avec vos mots (...), comme l'air, je me relèverai", reprenant des paroles de Maya Angelou, une militante américaine pour les droits civiques.

E.P avec AFP