BFMTV

Présidentielle aux États-Unis: où en sont les sondages à 3 semaines du scrutin?

Donald Trump et Joe Biden le 30 septembre 2020

Donald Trump et Joe Biden le 30 septembre 2020 - JIM WATSON, SAUL LOEB / AFP

Si les sondages donnent Joe Biden largement vainqueur au niveau national, certains États décisifs restent extrêmement serrés entre les deux hommes.

Les jeux sont-ils déjà faits? À un peu moins de trois semaines de l’élection présidentielle américaine, Donald Trump, actuel président des États-Unis, est très largement devancé dans la majorité des sondages par son adversaire démocrate Joe Biden.

Pourtant, dans une campagne électorale largement bousculée par la crise sanitaire actuelle, ainsi que la jurisprudence du scrutin de 2016 dans lequel l'ancien magnat de l'immobilier était largement devancé par Hillary Clinton avant de finalement l'emporter avec moins de voix qu'elle, de nombreuses questions restent en suspens, et le résultat du vote est plus indécis que jamais.

Des écarts de plus en plus grands

Pour autant, cela fait maintenant plusieurs semaines qu'une nette tendance se dessine. En juillet dernier, un sondage réalisé par la chaîne Fox News donnait déjà Donald Trump à la traîne dans les enquêtes d'opinion. Ce jour-là, le président américain était devancé de 8 points (49% contre 41%) par son adversaire démocrate. Plus récemment, Joe Biden avait même accentué cette avance, toujours à l'échelle nationale, puisque l'ancien vice-président de Barack Obama, selon un sondage publié par CNN, disposait de 16 points d'avance sur le milliardaire républicain (57% d'intentions de vote contre 41%).

Et la situation ne semble pas s'arranger pour l'actuel locataire de la Maison-Blanche. Selon le site RealClearPolitics, qui condense et fait une moyenne des derniers sondages, l'écart reste très important entre les deux candidats. A date, Joe Biden possèderait une avance de 10 points sur Donald Trump (51,6% contre 41,6%).

Dans le détail de ces enquêtes, le consensus semble également total. Selon une enquête de JTN/RMG Research datée du 10 octobre, Joe Biden est crédité de 51% d'intentions de vote contre 43% pour Trump. Selon d'autres travaux d'IBD/TIPP du 12 octobre, l'écart entre le Démocrate et le Républicain serait actuellement de 9 points (51 contre 42%).

Pourquoi Trump a-t-il dévissé?

La mauvaise santé de Donald Trump dans les sondages trouve son écho dans l'actualité américaine. Au terme du premier débat entre les deux candidats en septembre dernier, l'image du président américain avait été écornée par son incapacité à débattre sereinement et par ses multiples saillies, parfois personnelles, lancées à son adversaire. De plus, sa mauvaise volonté à condamner le suprémacisme blanc dans son pays a été à l'origine de virulentes critiques.

En réalité, ce duel semble avoir été un point d'inflexion majeur de la campagne de Trump. Quelques jours plus tard, le chef d'État était testé positif au coronavirus et brièvement hospitalisé. Durant cette période, et les jours qui ont suivi, s'est alors installé un imboglio quant à la santé de Donald Trump. Une cacophonie qui a semblé perdre certains Américains et pire, créer une érosion dans son propre électorat.

"En plus de l’épisode de la contamination lui-même, rien que sa communication et l’enchaînement des événements ne plaident pas en sa faveur. Il a eu une aptitude à faire des diagnostics erronés, et par extension les électeurs peuvent penser que ce sera la même chose pour l’économie. [...] Ses décisions ne sont pas toujours bonnes et c’est ce qui se passe depuis plusieurs jours", soulignait auprès de BFMTV.com Lauric Henneton, maître de conférence à l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et auteur de L'Atlas historique des États-Unis.

Malade puis présenté comme guéri, celui qui avait minimisé l'épidémie ainsi que l'importance du port du masque au début de la pandémie, tente malgré tout de capitaliser sur la maladie. "Je me sens si puissant", a-t-il lancé lors d'un meeting tenu en Floride, l'un des États les plus serrés, et décisifs dans le scrutin.

L'importance des swing states

Pour autant, si l'écart est significatif à l'échelle nationale, il tend à s'équilibrer dans certains États qui pourraient devenir clé au moment du dépouillement, les fameux swing states. Système électoral américain oblige, l'élection se fait via des grands électeurs et certains territoires pèsent bien plus que d'autres. Si de manière traditionnelle la Californie est réservée au candidat démocrate, le Texas, avec ses 38 grand électeurs, reste un enjeu majeur. A l'heure actuelle, toujours selon RealClearPolitics, Trump l'emporterait dans cet État avec 4,4% d'avance.

Autre point chaud, la Floride, où les deux candidats ont d'ailleurs fait un meeting ces derniers jours, et qui pèse pour 29 grands électeurs. Là aussi, les deux hommes sont au coude-à-coude mais Joe Biden semble avoir pris un ascendant avec presque 4 points d'avance (48,8 contre 45,1%). En ce qui concerne la Pennsylvanie, qui compte pour 20 grands électeurs, la bataille s'annonce ardue jusqu'à la dernière minute, mais Biden semble avoir pris une trop large avance avec près de 7 points de plus.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV