BFMTV

Poutine réélu pour un quatrième mandat avec un score compris entre 71% et 74%

Le président russe Vladimir Poutine lors d'un meeting de soutien à sa candidature à Moscou, le 3 mars 2018.

Le président russe Vladimir Poutine lors d'un meeting de soutien à sa candidature à Moscou, le 3 mars 2018. - Kirill Kudryavtsev - AFP

Vladimir Poutine a été reconduit, selon des sondages sortis des urnes, dans ses fonctions de président de la Fédération de Russie sans surprise et ce, dès le premier tour de l'élection ce dimanche. Après avoir dépouillé la moitié des bulletins, la commission électorale a estimé qu'il avait recueilli 75% des suffrages exprimés.

Vladimir Poutine a été réélu avec un score pour le moment évalué à 75% des voix. Il s'agit d'un score livré par la commission électorale après le dépouillement de la moitié des bulletins. Auparavant, des sondages sortis des urnes indiquait une fourchette de 73% à 77% de suffrages exprimés en faveur de Vladimir Poutine. Il décroche donc, sans surprise, un quatrième mandat.

En deuxième position, d'après les chiffres délivrés par la commission électorale, le candidat du Parti communiste Pavel Groudinine a obtenu 13,4%, devant l'ultranationaliste Vladimir Jirinovski (6,3%) et la journaliste proche de l'opposition libérale Ksénia Sobtchak (1,4%) au terme d'une élection sans suspense, qui verra le président russe rester au pouvoir jusqu'en 2024.

Un score au-delà des prévisions 

Avec un score largement au delà des prévisions, selon les sondages sortie des urnes, l'homme fort de la Russie depuis plus de 18 ans est donc conforté comme l'incontournable président d'un pays qu'il a replacé des dernières années au premier rang sur la scène internationale, au prix d'un climat de nouvelle Guerre froide encore accentué depuis l'empoisonnement d'un ex-espion russe au Royaume-Uni. Vladimir Poutine reste donc au Kremlin jusqu'en 2024, année de ses 72 ans et 25 ans après avoir été désigné dauphin par un Boris Eltsine vieillissant. 

Le taux de participation était de presque 60% à 16h, trois heures avant la fermeture des bureaux de vote, selon la Commission électorale centrale (CEC). Le Kremlin avait fait de la participation son principal objectif afin de légitimer cette élection dont l'issue ne faisait aucun doute. Dans la soirée, l'institut VTsIOM a évoqué un taux de participation de 63,7%. Il s'agirait là d'un score historiquement bas. Ce chiffre serait inférieur au taux de participation de 2004 (64,3%) et très loin de l'objectif de 70%, prêtés au Kremlin par plusieurs médias.

Soupçons de fraudes 

Mais l'opposition, et en premier lieu l'adversaire le plus acharné du Kremlin, Alexeï Navalny, a accusé le Kremlin d'avoir fait gonfler la participation par de nombreuses fraudes, en bourrant les urnes ou en organisant le transport massif d'électeurs vers les bureaux de vote.

R.V. avec AFP