BFMTV

Pour récupérer son vélo, elle le vole à celui qui le lui a volé

Bristol, théâtre des faits.

Bristol, théâtre des faits. - Barry Dogger via Wikimedia Creative Commons

Une femme a utilisé un malin stratagème pour récupérer le vélo qu'on venait de lui voler à Bristol. Aidée par la communauté des cyclistes locaux, elle s'est aperçue que sa bicyclette était mise en vente et s'est fait passer pour une acheteuse. Une fois sur place, elle est partie sur son vélo au nez et à la barbe de son voleur présumé.

On ne badine pas avec les vélos dans l'ouest de l'Angleterre. Le dimanche 9 juillet dernier, Jenni Morton-Humphreys, une Britannique de 30 ans, se fait voler son vélo dans le centre-ville de Bristol, malgré son antivol, raconte The Independent. Elle parle aussitôt de sa mésaventure sur la page Facebook d'un groupe de cyclistes locaux.

Or, un internaute s'aperçoit bientôt que son vélo a déjà été mis en vente. Il expose alors son idée à Jenni: il va approcher le vendeur et lui dire qu'il la met en contact avec sa sœur qui cherche justement une bicyclette. La "sœur" en question, bien sûr, n'est autre que Jenni Morton-Humphreys. Cette dernière accepte.

Pour autant, elle ne souhaite pas jouer les têtes brûlées et prévient la police. Celle-ci lui déconseille d'aller au bout de cette initiative et lui explique que ses agents ne pourront pas l'accompagner. Mais Jenni craint qu'un autre acheteur ne se manifeste si elle tarde. Le jour J, soit lundi dernier, elle se rend donc au rendez-vous convenu avec un ami, comme le signale le Bristol Post. L'ami se place à bonne distance. 

Le vélo a même été réparé

Jenni, quant à elle, va retrouver le vendeur. Elle pose des "questions idiotes" comme elle l'explique dans la presse. "Je lui ai dit que la selle était trop haute et je lui ai demandé si je pouvais essayer le vélo", dit-elle avant de poursuivre son récit. Pour mettre en confiance celui qui a pris possession de son vélo à son détriment, elle lui donne le contenu de ses poches: "Je me suis assurée que je n'avais rien sur moi, rien à part un paquet de cigarettes et un jeu de clés. Je Iui ai tendu tout ça en montant sur le vélo en lui demandant de 'garder mes affaires'". Et puis, ni une, ni deux: "J'ai un peu tangué sur le vélo et puis, après avoir pris quelques mètres, j'ai foncé. J'ai pédalé aussi vite que possible." Le voleur présumé se retrouve alors avec un paquet de cigarettes vide et les clés... de l'antivol brisé durant le délit. 

Selon le témoignage de l'ami de Jenni Morton-Humphreys, resté en position, le vendeur paraît alors immobile et ahuri quelques temps avant qu'on ne lui crie que sa "cliente" ne revient pas. Après avoir remis sa main sur son vélo, Jenni a une heureuse surprise: la machine est dans un meilleur état qu'initialement car le feu avant a été réparé. Tiré de sa stupeur, le voleur présumé s'en prend à l'internaute qui a arrangé la rencontre. Celui-ci lui répond: "Elle l'a probablement ramené directement chez elle. C'est normal d'ailleurs, puisque c'est son vélo et qu'il a été volé hier. C'est ta leçon, gamin. Ne vole pas la communauté cycliste à la légère. Tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même."

Robin Verner