BFMTV

Plus d'un demi-million de manifestants à la "Marche des femmes" de Los Angeles

Manifestation à Los Angeles pour les droits civiques et contre le président américain Donald Trump, le 21 janvier 2017

Manifestation à Los Angeles pour les droits civiques et contre le président américain Donald Trump, le 21 janvier 2017 - DAVID MCNEW, AFP

Après l'investiture de Donald Trump, 45e président des Etats-Unis, des millions de personnes se sont rassemblées dans les grandes villes américaines pour la défense des droits civiques et des femmes.

Bonnet rose sur la tête, plus de deux millions de personnes, femmes surtout, ont participé samedi aux Etats-Unis aux "Marches des femmes" organisées pour la défense des droits civiques et contre le président républicain Donald Trump. De nombreux rassemblements ont également eu lieu à travers le monde.

Plus d'un demi-million de personnes selon la police et 750.000 selon les organisateurs ont manifesté samedi à Los Angeles pour les droits civiques et contre le président américain Donald Trump investi la veille.

Un succès qui dépasse les espérances des organisateurs

Un demi-million de manifestants ont été comptabilisés à New York, plus d'un million à Washington selon les organisateurs, et des centaines de milliers à Chicago, Dallas, San Francisco, St Louis, Denver, Boston et dans des dizaines de villes américaines: le succès a dépassé les espérances des marcheuses et marcheurs, une démonstration de force qui illustre les fractures persistantes de la société américaine face au 45e président, investi vendredi.

Face aux chiffres en comparaison peu flatteurs donnés par la presse pour la participation à la cérémonie de vendredi, le milliardaire a critiqué les médias samedi, les accusant de "mensonge". "J'ai fait un discours, j'ai regardé, et cela avait l'air d'un million, un million et demi de personnes", a-t-il affirmé, contre toute évidence, à l'occasion d'une visite au siège de le CIA.

Droit à l'avortement

Beaucoup ont fait le déplacement motivés par la peur que Donald Trump nomme un nouveau juge conservateur à la Cour suprême, ce qui pourrait conduire un jour à la remise en cause du droit à l'avortement. "Il faut que l'avortement reste légal", plaidait une professeure d'histoire à la retraite vivant à Washington. "C'est vraiment un droit qu'on pourrait perdre, cela nous ramènerait au Moyen-Age".

Mais les slogans incluaient aussi la tolérance pour les minorités, l'accès à la contraception et la défense du planning familial, la protection de l'environnement, l'accueil des réfugiés...

600 marches annoncées dans le monde

A Londres, 100.000 personnes ont défilé selon les organisateurs. Ils étaient aussi des milliers à Sydney, 7.000 à Paris, 4.000 à Amsterdam, 2.500 à Genève, 2.000 à Montréal, plus de 1000 à Mexico, près d'un millier à Tel Aviv, et des centaines à Berlin, Barcelone, Rome ou encore Prague.

"C'est comme ça que les gens ont mis fin à la guerre du Vietnam", a lancé Whoopi Goldberg à New York, où les marcheurs ont remonté la Cinquième Avenue presque jusque sous les fenêtres de la Trump Tower, dont l'accès était bloqué par la police. Hillary Clinton a tweeté: "L'espoir, pas la peur. (...) Merci de vous lever, de vous exprimer et de marcher pour nos valeurs".

Donald Trump n'a pas directement commenté ces manifestations.

D. N. avec AFP