BFMTV

Parly a rappelé au président libanais la nécessité de "la constitution rapide d'un gouvernement"

En déplacement dans la capitale libanaise, la ministre des Armées Florence Parly s'est entretenue avec Michel Aoun au sujet de la nomination d'un Premier ministre et la constitution d'un nouveau gouvernement.

En déplacement à Beyrouth, au Liban, avec le porte-hélicoptères Tonnerre, à bord duquel se trouve environ 700 militaires français, Florence Parly a fait savoir à la presse qu'elle avait rappelé au président libanais Michel Aoun "l'attente de la constitution rapide d'un gouvernement de mission".

"Je me suis entretenue avec le président Michel Aoun ce matin", a annoncé la ministre des Armées française, en déplacement au Liban dix jours après la double explosion qui a ravagé une partie de la capitale.

La ministre a également affirmé que la constitution du futur gouvernement avait été évoquée lors de son échange avec le chef d'État libanais:

"Je lui ai rappelé l'attente de la constitution rapide d'un gouvernement de mission en charge, pour une durée limitée, de mener des réformes profondes avec efficacité. Le président Aoun m'a indiqué qu'il avait initié le processus qui relève des institutions libanaises et qui consiste à enclencher les consultations avant de proposer le nom d'un Premier ministre et que celui-ci puisse constituer un gouvernement et que le gouvernement se présente devant le Parlement afin d'y être investi."

"Chacun s'est senti atteint"

Florence Parly a par ailleurs rappelé que "le drame" avait eu un "retentissement énorme" en France. "Le Liban a une place spéciale dans notre coeur. (...) Chacun s'est senti atteint, meurtri et solidaire", a-t-elle déclaré.

Esther Paolini Journaliste BFMTV