BFMTV

Pour fêter leur fin de semestre, des étudiants australiens se déguisent membres du KKK et en nazis

Six étudiants se sont déguisés en membres du Ku Klux Klan.

Six étudiants se sont déguisés en membres du Ku Klux Klan. - Capture Sydney Morning Herald

Les étudiants se sont aussi déguisés en prisonniers des camps de concentration et se sont adonnés au "blackface".

Le thème de la soirée était baptisé "politiquement incorrect", mais les étudiants ont largement outrepassé les attentes des organisateurs. Mercredi et jeudi, des jeunes de la Charles Sturt University célébraient la fin du semestre dans un hôtel de Wagga Wagga, dans le sud-est de l'Australie.

"La soirée 'politiquement incorrecte' de jeudi soir commencera à 19h30. Trouvez-vous une tenue qui vous mettrait légalement dans la merde", pouvait-on lire dans la description de l'événement sur Facebook, selon le Sydney Morning Herald.

C'est ainsi que cinq étudiants sont venus déguisés en membres du Ku Klux Klan, une organisation raciste et suprémaciste blanche américaine, portant des robes et chapeaux faits main. Sur une photo postée sur Instagram, ils entourent un homme grimé en marron qui fait figure d'esclave, une pratique nommée "blackface", dont le caractère raciste a été dénoncé maintes fois.

"Très très politiquement incorrect. Mais les prix du coton sont surréalistes, donc c'est une bonne période pour le ramasser", pouvait-on lire en légende.

Trois étudiants en pyjamas rayés

Sur une deuxième photo diffusée sur les réseaux sociaux, trois étudiants posent en pyjamas rayés, étoile de David sur la poitrine, à côté d'un quatrième déguisé en gardien nazi.

Le président de la Charles Sturt University a déclaré que l'établissement ne "tolérerait pas ce genre de comportement offensant".

"Cela ne reflète pas les valeurs de notre université et nous condamnons fermement ces actions. CSU est en train d'enquêter sur ces incidents et publications sur les réseaux sociaux", a-t-il ajouté.

De son côté, l'hôtel qui accueillait l'événement a tout d'abord assuré dans une publication Facebook, supprimée depuis, qu'il n'était pas au courant de ces costumes racistes et xénophobes et qu'il s'en était "immédiatement occupé". "Nous avons une tolérance zéro et condamnons ce genre de comportements", a alors assuré l'établissement, selon le Guardian

Liv Audigane