BFMTV

Australie: un parti d'extrême droite prend le nom de "Gilets jaunes"

Un parti australien a choisi d'adopter le nom des gilets jaunes

Un parti australien a choisi d'adopter le nom des gilets jaunes - JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Le très petit parti d'extrême droite espère profiter de la popularité du mouvement lors des élections nationales le mois prochain en Australie.

Les gilets jaunes inspirent jusqu'en Australie. Un très petit parti d'extrême droite a a officiellement adopté le nom de Gilets jaunes Australie, dans l'espoir de capitaliser sur la popularité du mouvement contestataire français lors des élections nationales prévues le mois prochain sur l'île-continent.

Ce parti, qui s'appelait jusqu'alors Australian Liberty Alliance ("Alliance pour la liberté australienne"), a précisé que la commission électorale avait approuvé son changement de nom juste à temps pour lui permettre de faire campagne sous sa nouvelle appellation.

Aucun candidat au Parlement

La présidente du parti Debbie Robinson a expliqué le choix du nom "Yellow Vest Australia" par le fait que les gilets jaunes, en France, représentent selon elle "les électeurs mécontents qui se préoccupent du mondialisme, de l'immigration et du coût de la vie".

"Nous voulons sortir ce mouvement de la rue et le porter au Parlement. Nous serions le premier pays au monde à le faire", a-t-elle poursuivi dans une vidéo postée sur le site internet du parti.

Elle a ajouté que ce nouveau nom mettrait fin à la confusion que certains électeurs font entre sa formation - qui n'a jamais envoyé de candidat au Parlement - et le Parti libéral actuellement à la tête de la coalition conservatrice au pouvoir.

La coalition socialiste devant dans les sondages

Basée à Melbourne, l'Alliance pour la liberté australienne a été fondée en 2015 et avait recueilli moins de 0,2% des suffrages lors des dernières élections fédérales organisées en 2016. Elle a cependant progressé aux élections locales organisées depuis.

Le Premier ministre australien Scott Morrison doit prochainement convoquer les législatives, qui devraient se tenir entre le 11 et le 25 mai. La coalition au pouvoir est donnée par les sondages battue par l'opposition travailliste.

Benjamin Rieth avec AFP