BFMTV

Nucléaire iranien: un accord historique a été trouvé

Après plus de deux semaines de pourparlers, l'Iran et les grandes puissances viennent de trouver un accord lors d'une réunion plénière "finale" mardi 14 juillet.

Après une nouvelle nuit de négociations, les grandes puissances occidentales et l'Iran viennent de trouver un accord concernant le nucléaire iranien, a-t-on appris d'une source diplomatique. Ils n'auront donc pas attendu la réunion plénière "finale" prévue ce mardi à 10h30, heure française, comme annoncé par la porte-parole de l'Union européenne, Catherine Ray, sur son compte Twitter. Cette réunion doit se tenir, et sera suivie d'une conférence de presse.

Les pays du groupe P5+1 (États-Unis, Allemagne, Russie, Chine, France, Royaume-Uni), l'Iran et l'Union européenne étaient réunis dans le palais Coburg qui abrite les tractations depuis 17 jours. Ils négociaient encore cette nuit, juste après un nouvel échange entre l'Américain John Kerry et le Russe Sergueï Lavrov.

Limitation du programme nucléaire

Depuis deux jours, tous les acteurs assuraient que l'accord était quasi bouclé - à "98%" selon un diplomate. Mais il restait encore des "décisions politiques" pour résoudre deux ou trois points de friction, déclaraient-ils à l'unisson.

Le texte, dont les grandes lignes ont été fixées dans un premier texte le 2 avril, limitera le programme nucléaire de Téhéran pendant au moins dix ans en échange de la suspension progressive des sanctions économiques qui pèsent sur l'économie du pays et notamment sur ses exportations pétrolières. Le texte prévoit toutefois une restauration des sanctions des Nations unies dans un délai de 65 jours si l'Iran ne respecte pas les termes de l'accord.

Négociations forcées

Téhéran et les grandes puissances tentaient de refermer un dossier qui empoisonne les relations internationales depuis plus de douze ans. L'Iran était soupçonné d'avoir mis en oeuvre, jusqu'en 2003 et peut-être au delà, un programme nucléaire militaire sous couvert d'activités civiles, ce qu'il a toujours nié.

À la suite de cet accord, l'Iran vient d'autoriser une enquête sur son programme nucléaire passé. Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, a annoncé avoir signé une feuille de route avec le gouvernement iranien "pour la clarification des questions en suspens du passé et du présent portant sur le programme nucléaire iranien".

Depuis une dizaine d'années, les Etats-Unis, l'Union européenne et l'ONU imposent des sanctions à la République islamique pour la forcer à négocier. Les pourparlers n'ont vraiment commencé qu'en 2013, après l'élection du président Hassan Rohani sur la promesse d'une levée des sanctions.

Hélène Millard avec agences