BFMTV

Nouvelles manifestations en Afghanistan sur le Coran, 4 morts

Manifestations anti-américaines dans la province afghane de Djalalabad contre la "profanation" d'exemplaires du Coran sur une base de l'armée américaine. Quatre personnes ont été tuées par balles samedi par les forces de sécurité afghanes au cinquième jou

Manifestations anti-américaines dans la province afghane de Djalalabad contre la "profanation" d'exemplaires du Coran sur une base de l'armée américaine. Quatre personnes ont été tuées par balles samedi par les forces de sécurité afghanes au cinquième jou - -

par Hamid Shalizi KABOUL (Reuters) - Quatre personnes ont été tuées par balles samedi par les forces de sécurité afghanes au cinquième jour de...

par Hamid Shalizi

KABOUL (Reuters) - Quatre personnes ont été tuées par balles samedi par les forces de sécurité afghanes au cinquième jour de protestations contre la "profanation" d'exemplaires du Coran sur une base de l'armée américaine, ont rapporté des autorités locales et des témoins.

Malgré des excuses présentés par le président Barack Obama et un appel à la retenue lancé par le président afghan Hamid Karzaï, des milliers de personnes sont descendues à nouveau dans les rues du pays, samedi, au lendemain de la mort de 12 personnes dans des manifestations qui ont fait également des dizaines de blessés.

La journée de vendredi a été, jusqu'à présent, la plus meurtrière depuis que des Corans ont été brûlés.

La capitale, où les forces de sécurité se sont fortement déployées, n'a pas connu de manifestations samedi.

En revanche, deux officiers supérieurs occidentaux -un colonel et un commandant américains- ont été tués au cours d'une fusillade au ministère de l'Intérieur à Kaboul, a-t-on appris auprès des forces de sécurité afghanes, selon lesquelles il pourrait s'agir d'Américains.

Les manifestations ont été particulièrement violentes dans la province septentrionale de Kunduz, où trois protestataires ont été tués et une cinquantaine d'autres blessés samedi, a déclaré un responsable des services de santé, Saad Mukhtar.

Plusieurs centaines de personnes ont tenté de se rendre maîtres d'un bâtiment où sont logés, dans cette province, des employés de la Manua, la Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan, mais ils en ont été empêchés par la police, a déclaré un porte-parole du ministère de l'Intérieur.

EXCUSES AMÉRICAINES

Lors d'un précédent incident en avril, des manifestants indignés par la "profanation" de Corans brûlés par un pasteur en Floride avaient pris d'assaut un bâtiment de l'Onu dans la province septentrionale de Balkh, et sept personnes avaient été tuées dans ces troubles.

Un protestataire a été tué samedi dans la province de Logar, au sud de Kaboul, alors que des centaines de manifestants en colère affrontaient les forces de sécurité. Les échauffourées ont fait en outre deux blessés. Les manifestants ont scandé des slogans hostiles aux Etats-Unis, comme "Mort à l'Amérique !".

Vingt personnes ont été blessées en outre dans troubles survenus dans la province de Laghman, dans l'Est afghan.

Les nouveaux décès portent à 27 le nombre de morts depuis le début des violences liées aux Corans brûlés.

Le président Barack Obama a adressé une lettre d'excuses à son homologue afghan dans laquelle il écrit que la profanation du Coran, dont plusieurs exemplaires ont été retrouvés calcinés dans les poubelles de la base aérienne de Bagram, n'était pas intentionnelle.

Les autorités afghanes souhaitent que l'Alliance atlantique poursuive en justice les auteurs de ce qu'elles considèrent comme des "profanations".

Benjamin Massot et Eric Faye pour le service français