BFMTV

Nouvelle-Zélande: une plateforme officielle assure que les yeux d'un homme d'origine asiatique sont "fermés"

Oeil fermé.

Oeil fermé. - Rafe Saltman via Flickr Creative Commons

Un jeune Néo-Zélandais, d'origine asiatique, a vu sa photo refusée au moment de renouveler son passeport. Le logiciel était formel: le sujet avait les yeux fermés. Il n'en était rien.

Richard Lee, Néo-Zélandais d’origine asiatique, voulait renouveler son passeport. Et il a eu quelque mal à remplir cette tâche administrative pourtant aisée. Le logiciel permettant de remplir cet objectif en ligne a dans un premier temps refusé de valider sa photo d’identité. La raison alléguée faisait même preuve d’un humour noir ou déplaisant (c’est selon): pour le service informatique, le sujet avait "les yeux fermés", comme le montre et le réfute Channel News Asia.

Un message générique

La plateforme aurait donc été incapable de tenir compte des yeux bridés du jeune étudiant en ingénierie, âgé de 22 ans? Pas forcément. Un porte-parole du ministère de l’Intérieur néo-zélandais explique: "Le défaut le plus répandu parmi les photos envoyées est justement le fait d’avoir les yeux fermés sur le cliché. C’est un message d’erreur générique qui a été envoyé dans cette affaire." Le représentant des autorités précise que la plateforme rejette 20% des photos proposées.

Richard Lee lui-même prend les choses avec philosophie: "C’était automatisé, il n’y a pas de problème. Mon passeport a été renouvelé au bout du compte."

Ingénieur jusqu'au bout

Un autre problème pourrait avoir engendré le refus du service. Sur l’instantané, la lumière est inégale, comme l’ajoute, à nouveau, le porte-parole du ministère de l’Intérieur. Difficile de savoir si cette analyse tient debout mais une chose est sûre: "La technologie de reconnaissance faciale est relativement nouvelle et rudimentaire", raisonne Richard Lee.

On n’est pas étudiant en ingénierie pour rien visiblement.

R.V.