BFMTV

Niger: selon les premiers éléments de l'enquête, l'attaque était préméditée

Le logo de l'ONG Acted à l'entrée de ses bureaux, le 10 août 2020 à Niamey, au Niger

Le logo de l'ONG Acted à l'entrée de ses bureaux, le 10 août 2020 à Niamey, au Niger - BOUREIMA HAMA © 2019 AFP

D'après des sources judiciaires interrogées par BFMTV, l'attaque visait des Occidentaux davantage que des humanitaires d'Acted spécifiquement.

L'enquête autour de l'attaque jihadiste perpétrée dimanche au Niger progresse. Les onze enquêteurs français rentrent samedi, après avoir pu mener d'amples investigations sur place grâce à une très bonne coopération avec les autorités nigériennes.

Il en ressort à ce stade que l'attaque était préméditée et élaborée. Elle visait des Occidentaux au sens large, davantage que des humanitaires travaillant pour l'association Acted. Les assaillants étaient des hommes à moto. Il y a eu une course-poursuite avec la voiture des victimes sur plusieurs centaines de mètres.

Volonté de tuer

Les agents français ont pu procéder à des auditions de témoins, notamment tous les salariés de la réserve de girafes où les huit travailleurs humanitaires - deux Nigériens, six Français - ont été tués le 9 août. Les enquêteurs se sont rendus sur les lieux de l'attaque pour procéder à des constatations, prendre des clichés et faire des prélèvements.

Il n'y a toujours pas eu de revendication, mais le mode opératoire laisse peu de doute sur le caractère terroriste de l'attaque. Les assaillants n'ont laissé aucune chance de survie aux victimes, ils avaient manifestement la volonté de les tuer et pas simplement de les dépouiller de leurs biens.

Pour la suite des investigations, les enquêteurs vont désormais procéder aux analyses des prélèvements effectués et, par ailleurs, prendre connaissance de toute la procédure nigérienne.

Par Alexandra Gonzalez avec Jules Pecnard