BFMTV

Netanyahu donne carte blanche à ses forces devant les violences continues

BFMTV

La ville de Jérusalem et la Cisjordanie ont été secouées lundi par de nouveaux heurts intenses qui ont fait un mort palestinien et conduit le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à donner toute latitude à ses forces pour agir dans un contexte extrêmement volatil.

Sa déclaration est intervenue peu après l'annonce par l'armée et le Shin Beth de l'arrestation de membres du Hamas palestinien soupçonnés de l'un des attentats anti-israéliens qui ont réveillé le spectre d'une nouvelle intifada: l'assassinat d'un couple de colons criblés de balles dans leur voiture et sous les yeux de leurs enfants jeudi en Cisjordanie occupée. 

"Nous n'accorderons l'immunité à aucun émeutier, à aucun agitateur ni à aucun terroriste où que ce soit; il n'y a donc aucune limite à l'action de nos forces de sécurité", a martelé Benjamin Netanyahu dans une allocution télévisée.

Il a invoqué des incursions sans précédent selon lui des forces de sécurité dans les quartiers palestiniens de Jérusalem, les renforts annoncés de centaines de soldats en Cisjordanie et de milliers de policiers à Jérusalem, la démolition prochaine des maisons d'auteurs d'attentats ou de leurs familles, ainsi que des mesures de rétorsion contre le Mouvement islamique.

L'assassinat des deux colons a marqué le début d'une flambée de violences : samedi à Jérusalem, deux Israéliens ont été tués et un troisième blessé dans deux attaques dont les auteurs palestiniens ont été abattus. Deux autres Palestiniens de 13 et 18 ans ont péri lors de heurts avec les soldats israéliens à Bethléem et à Tulkarem en Cisjordanie ces dernières 24 heures. Un autre jeune Palestinien était dans un état critique lundi soir après des accrochages à Jérusalem-Est, partie orientale de Jérusalem occupée et annexée par Israël. 
la rédaction avec AFP