BFMTV

Syrie: les combattants de l'Etat islamique sont entrés dans le musée de Palmyre

Les principales pièces du musée de Palmyre ont été évacuées vers Damas.

Les principales pièces du musée de Palmyre ont été évacuées vers Damas. - Joseph Eid - AFP

Après s'être emparé mercredi de la ville antique de Palmyre, qui détient des vestiges archéologiques, les jihadistes de Daesh auraient pénétré dans le musée sans détruire, pour le moment, ses trésors.

La menace qui pèse sur les trésors archéologiques de Palmyre est de plus en plus forte. Les combattants de l'Etat islamique ont pénétré jeudi dans le musée de la ville sans toutefois détruire les précieuses pièces archéologiques, a affirmé samedi le chef des Antiquités syriennes. Dans le même temps, Daesh a planté son drapeau sur le toit de la citadelle mamelouk du 13è siècle qui domine la cité antique.

Les jihadistes, qui se sont emparés jeudi de la ville, sont entrés le même jour dans le musée. Ils "ont brisé des répliques en plâtre représentant des personnes vivant il y a 100.000 ans et sont revenus vendredi, ont fermé les portes et ont mis des gardes devant", a indiqué Maamoun Abdelkarim lors d'une conférence de presse à Damas, affirmant détenir ces informations d'habitants de Palmyre.

Des sarcophages de 3 à 4 tonnes

Selon le chef des Antiquités syriennes, il "ne restait presque plus rien dans le musée", situé dans la ville en dehors du site archéologique. "Nous avons envoyé progressivement les pièce antiques à Damas, située à 200 kilomètres au sud.

Il reste toutefois des pièces énormes comme les sarcophages (à l'entrée du musée) qui pèsent 3 à 4 tonnes et que nous ne pouvons pas faire bouger. C'est cela qui nous inquiète", a-t-il dit, en référence à des sarcophages en haut relief romano-byzantins représentants généralement un chef de famille, sa femme et ses enfants. 

Appel à la communauté internationale

Maamoun Abdelkarim a également indiqué qu'"il n'y a pas eu de mouvements de l'Etat islamique sur le site archéologique". Le chef des Antiquités syriennes a également souhaité que l'EI "ne réitère pas les mêmes destructions qu'il a commises en Irak" sur des sites archéologiques.

Enfin, ce dernier a lancé à nouveau un appel à la communauté internationale pour qu'elle "apporte son appui pour sauver" Palmyre. "Nous allons réfléchir à des mesures pour les empêcher de détruire le patrimoine culturel syrien", a-t-il conclu.

la rédaction avec AFP