BFMTV

Syrie: l'UE va lever l'embargo sur les armes pour les rebelles

Un rebelle syrien dans les rues d'Alep, au nord de la Syrie.

Un rebelle syrien dans les rues d'Alep, au nord de la Syrie. - -

Réunis lundi à Bruxelles, les ministres des Affaires étrangères de l'UE sont finalement tombés d'accord sur la question de la fourniture d'armes aux rebelles. Mais seulement au terme d'âpres discussions.

Un accord dans la douleur. Tard dans la soirée lundi, les ministres européens des Affaires étrangères de l'UE ont réussi à se mettre d'accord sur la levée de l'embargo sur les armes pour les rebelles syriens, sur laquelle ils débattaient à Bruxelles.

Cette décision, annoncée par le chef de la diplomatie britannique William Hague, ouvre la voie à une livraison d'armes pour les opposants modérés au régime de Bachar al-Assad. Le reste des sanctions prises depuis deux ans contre le régime syrien est en revanche maintenu.

Un peu plus tôt dans la soirée pourtant, le chef de la diplomatie autrichienne, Michael Spindelegger, annonçait l'échec du "compromis avec la Grande-Bretagne et la France", les deux pays sont les plus favorables à la levée de l'embargo. L'Autriche, elle, militait pour son maintien, tout comme la Finlande et la Suède.

Discussions "difficiles"

Entamée à 11 heures, la réunion avait été suspendue vers 20h30 pour reprendre à 22 heures, selon un porte-parole du service diplomatique de l'UE. A la suspension de séance, le Britannique William Hague, le plus fervent défenseur de la levée de l'embargo, témoignait de discussions "difficiles".

Les Européens avaient l'obligation de se mettre d'accord avant vendredi minuit, date à laquelle expire le paquet des sanctions prises depuis deux ans par l'UE contre le régime syrien, dans lequel figure l'embargo.


À LIRE AUSSI:

>> Les espoirs de la diplomatie européenne à l'approche de "Genève-2"

>> Le Monde témoin de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie

>> Notre dossier sur l'état des lieux en Syrie

M. T. avec AFP