BFMTV

Malgré la trêve, l'aide humanitaire n'arrive toujours pas à Alep

La trêve signée par les Etats-Unis et la Russie n'a toujours pas permis à l'ONU d'accéder aux quartiers d'Alep. Des camions d'aide humanitaire sont censés livrer de la nourriture aux 250.000 habitants de cette zone tenue par les rebelles.

Les quarante camions d'aide humanitaire destinés au quartier est d'Alep, sont toujours bloqués dans une zone tampon entre la Turquie et la Syrie. Les Nations unies espéraient faire entrer de la nourriture dans les quartiers est de la ville syrienne, assiégés par le régime et ce malgré une trêve des combats.

La deuxième ville de Syrie, un des enjeux majeurs de la guerre qui ravage ce pays depuis 2011, est divisée entre des quartiers tenus par le régime de Bachar al-Assad à l'Ouest et des zones contrôlées par les rebelles à l'Est. Quelques 250.000 personnes vivent dans les zones d'Alep tenues par les rebelles. 

Les humanitaires bloqués

Selon un correspondant de l'AFP dans les quartiers rebelles, aucun mouvement n'a été enregistré sur la route dite du Castello par où doivent transiter les convois d'aide.

"Le défi auquel nous continuons de faire face --et c'est une triste réalité-- est de s'assurer que toutes les parties au conflit et ceux qui ont de l'influence sur elles se mettent d'accord" a déclaré David Swanson, porte-parole pour l'Office de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha). 

"Pour nous humanitaires, c'est terriblement frustrant. Nous sommes là sur le terrain, nous sommes prêts à bouger. Le monde regarde" ce qui se passe, a-t-il ajouté.

La situation humanitaire d'Alep se dégrade de plus en plus et les habitants craignent la famine. 

Pas d'aide, malgré la trêve

Les Etats-Unis et la Russie, qui soutiennent respectivement les groupes rebelles et les forces du régime, ont conclu un accord aboutissant à une trêve qui est entrée en vigueur lundi soir entre les groupes rebelles et les forces pro-régime, mais qui excluent les jihadistes.

Cet accord prévoit aussi la livraison d'aide humanitaire et prévoit pour cela la démilitarisation de la route du Castello pour accéder aux populations qui manquent de tout à Alep.

Jeudi, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait affirmé que les troupes du régime étaient toujours sur cet axe alors que la Russie a fait état du début du retrait de l'armée de son allié syrien.

La trêve est censée durer jusqu'à vendredi soir mais peut être de nouveau prolongée si Russes et Américains se mettent d'accord.

La guerre en Syrie qui a débuté après la répression dans le sang de manifestations pro-démocratie a fait plus de 300.000 morts et poussé des millions de personnes sur les routes de l'exil.

M.L. avec AFP