BFMTV

Les "Amis de la Syrie" s'accordent sur l'envoi "urgent" d'aide aux rebelles

Les "Amis de la Syrie" réunis à Doha, au Qatar, samedi 22 juin.

Les "Amis de la Syrie" réunis à Doha, au Qatar, samedi 22 juin. - -

A Doha, ce samedi, les pays soutenant l'opposition syrienne qui se bat contre le régime de Bachar al-Assad sont tombés d'accord sur l'envoi d'une "aide urgente" à la rébellion, en "matériel et équipements".

Les principaux pays soutenant l'opposition syrienne ont annoncé samedi, à Doha, avoir décidé "une aide urgente en matériel et en équipements" à la rébellion afin de lui permettre de faire face aux "attaques brutales du régime".

Dans un communiqué à l'issue de leur réunion, les 11 pays dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France indiquent que "toute aide militaire sera canalisée" par le Haut conseil militaire syrien relevant de l'Armée Syrienne Libre (ASL).

"Chaque pays à sa manière"

Les ministres des onze pays "ont convenu, pour changer l'équilibre des forces sur le terrain, de fournir d'urgence tout le matériel et les équipements nécessaires à l'opposition sur le terrain, chaque pays le faisant à sa manière", affirme le communiqué.

Cette aide vise à permettre à la rébellion "de faire face aux attaques brutales du régime et à protéger le peuple syrien", poursuit le texte.

Mise en garde contre une internationalisation du conflit

Le communiqué dénonce également "l'intervention des milices du Hezbollah et des combattants d'Iran et d'Irak, qui aident le régime à réprimer le peuple syrien", estimant que cette intervention étrangère "menace l'unité de la Syrie" et pourrait "élargir le conflit à travers les frontières".

Le communiqué "exige que ces combattants quittent la Syrie immédiatement et appelle le Hezbollah et le gouvernement d'Iran à immédiatement mettre en application ce retrait et à prendre des mesures pour arrêter les tensions confessionnelles".


A LIRE AUSSI:

>> Syrie: la France a livré des traitements anti gaz sarin à l'opposition

>> Hollande: "la communauté internationale obligée d'agir" en Syrie

A.S. avec AFP