BFMTV

Syrie: un quartier d'Alep victime d'une attaque chimique

Deux hommes dans un hôpital d'Alep après une attaque chimique.

Deux hommes dans un hôpital d'Alep après une attaque chimique. - Capture BBC

La ville syrienne a été l'objet d'une attaque chimique, probablement du chlore, mercredi.

De nombreux enfants syriens attendent dans un hôpital, un masque à oxygène sur le nez, parfois accompagnés de leurs parents. Leurs regards sont affolés, ils ont du mal à respirer. Selon ces images dévoilées par la BBC, ils ont été victimes d'une attaque chimique à Alep. L'attaque a fait au moins quatre morts par intoxication et 55 blessés, et a touché de nombreux enfants. Selon Reuters, du gaz, que l'on pense être du chlore, a été largué mercredi sur la ville, dans le quartier de Zoubdiya.

La protection civile syrienne, un groupe de sauveteurs présent dans les zones aux mains des rebelles, dit ne pas pouvoir vérifier de manière indépendante la nature du gaz. Un dirigeant de l'hôpital Al Qouds a précisé qu'il conservait des morceaux de vêtements des patients ainsi que des fragments de bombes-barils comme preuves, afin d'effectuer des analyses.

Ayrault "préoccupé"

Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères français Jean-Marc Ayrault s'est dit "préoccupé" par ces informations. 

Mais l'ONU reste prudente. Staffan de Mistura, l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, affiche une certaine prudence: "ce n'est pas à moi de trancher la question de savoir si elle [l'attaque chimique] a eu vraiment lieu, même s'il y a beaucoup de preuves tendant à démontrer que c'est le cas".

Une trêve quotidienne de trois heures devait être instaurée à Alep à partir de jeudi 11 août pour permettre l'accès de convois d'aide humanitaire, a annoncé le ministère russe de la Défense. Selon la BBC, pour l'instant aucune trêve n'est respectée.

A. K.