BFMTV

Gaza: la spirale meurtrière de la violence et l'espoir d'une trêve

Une photo de Gaza prise du côté israélien de la frontière.

Une photo de Gaza prise du côté israélien de la frontière. - -

572 morts côté palestinien, 25 côté israélien. Tandis que les raids de Tsahal comme les tirs de roquettes du Hamas ne faiblissent pas, un cessez-le-feu se négocie sous la houlette des États-Unis et l'Onu au Caire.

Au moins 572 Palestiniens ont été tués et plus de 3.350 blessés en 14 jours d'offensive israélienne dans la bande de Gaza, la plus meurtrière depuis l'opération "Plomb Durci" en 2009, ont indiqué les services de secours palestiniens. Lundi, dans la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste Hamas, 55 Palestiniens, dont 16 enfants, ont péri dans les raids aériens et les tirs de chars. Dans la soirée, un bombardement sur une tour de Gaza qui s'est partiellement effondrée, a tué 11 personnes dont 5 enfants.

Parmi les victimes de lundi figurent également une famille de neuf personnes, dont 7 enfants, tous tués dans une frappe près de Rafah (sud), et une autre famille de huit personnes dont 4 enfants tués dans la ville de Gaza, selon le porte-parole des services de secours, Achraf al-Qodra. Quatre personnes sont mortes dans une frappe qui a touché l'hôpital des Martyrs d'Al-Aqsa à Deir el-Balah, dans le centre de l'enclave palestinienne, qui a également fait 70 blessés.

Six personnes ont par ailleurs été tuées dans la soirée par des tirs d'artillerie à Rafah (sud) et Deir el-Balah. En outre, trois Palestiniens ont péri dans une frappe à Chajaya, banlieue est de la ville de Gaza, où 13 dépouilles ont été retrouvées dans les décombres.

Kerry et Ban au Caire pour négocier un cessez-le-feu

Côté israélien, les pertes se comptent essentiellement dans les rangs de l'armée, désormais déployée à l'intérieur et autour de la bande de Gaza: 25 soldats ont été tués depuis le début de l'offensive terrestre le 17 juillet, dont sept lundi, selon l'armée israélienne. Deux civils ont en outre été mortellement touchés par des tirs de roquettes palestiniens contre Israël. Le gouvernement de Benjamin Netanyahu restait néanmoins déterminé à poursuivre ses opérations militaires aériennes et terrestres.

Face à cette violence, le patron de l'ONU Ban Ki-moon, en déplacement au Caire, a exigé de nouveau un cessez-le-feu "immédiat", avant de se rendre mardi en Israël, alors que le président américain Barack Obama a annoncé que son chef de la diplomatie John Kerry, arrivé en Egypte dans la soirée, devrait pousser à une trêve "immédiate".

Le Hamas conditionne son accord à une trêve à une levée du blocus israélien imposé depuis 2006 contre la bande de Gaza, l'ouverture de la frontière avec l'Egypte et la libération de dizaines de détenus.

100.000 déplacés

Depuis le début le 8 juillet de l'offensive israélienne "Bordure protectrice", déclenchée par des raids aériens avant de s'étendre le 17 à une opération terrestre, près de 1.570 roquettes et obus se sont abattus sur Israël, dont près de 400 ont été interceptés.

Plus de 100 projectiles ont touché plusieurs régions d'Israël lundi, dont le secteur de Tel-Aviv et de Bersheeva, sans faire de victimes.

Plus de 100.000 Palestiniens ont été déplacés depuis le début de l'offensive israélienne le 8 juillet dernier, a annoncé l'ONU lundi soir.

S.A. avec AFP