BFMTV

Abbas demande à son Premier ministre démissionnaire de former un nouveau gouvernement

Le président palestinien Mahmoud Abbas a demandé mardi au Premier ministre démissionnaire Rami Hamdallah de former un nouveau cabinet.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a demandé mardi au Premier ministre démissionnaire Rami Hamdallah de former un nouveau cabinet. - -

Le bureau de Rami Hamdallah a indiqué que le Premier ministre formerait un nouveau cabinet dans un délai de cinq semaines.

C'est la deuxième démission d'un Premier ministre palestinien en l'espace de 10 semaines en raison de différends avec le président Mahmoud Abbas, à la veille d'un nouveau round de négociations avec les Israéliens prévu à Jérusalem.

Le président palestinien a demandé mardi à Rami Hamdallah de rester à son poste et de former un nouveau gouvernement, a indiqué le porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abou Roudeina, cité par l'agence Wafa.

Le bureau de Rami Hamdallah a indiqué dans un communiqué que le Premier ministre acceptait cette tâche et formerait un nouveau gouvernement dans un délai de cinq semaines.

Démission 2 semaines après sa prise de fonction

Mahmoud Abbas avait accepté la démission de Rami Hamdallah le 23 juin, deux semaines après la prise de fonction de ce dernier, lui demandant de continuer à assurer la gestion des affaires courantes jusqu'à la nomination de son successeur.

Rami Hamdallah, qui a prêté serment le 6 juin, était furieux de la nomination de deux vice-Premiers ministres imposés par Mahmoud Abbas, avaient indiqué des sources au sein de son cabinet au moment de la démission.

Des responsables avaient alors affirmé que Mahmoud Abbas désignerait son remplaçant à l'issue d'une période de cinq semaines, censée se terminer fin juillet. Mais cette période avait finalement été prolongée jusqu'à la fin du mois de ramadan qui s'est achevé la semaine dernière.

La nomination de Rami Hamdallah en juin a été perçue comme une décision transitoire de la part de Mahmoud Abbas qui espère mettre sur pied le gouvernement d'unité nationale non partisan attendu depuis 2011 et un accord de réconciliation conclu entre son mouvement, le Fatah, et ses rivaux islamistes du Hamas qui contrôlent la bande de Gaza.