BFMTV

Irak: le Parlement demande au gouvernement d'expulser les troupes de la coalition internationale

Le chef du Parlement irakien Mohammed al-Halboussi à Bagdad, le 20 avril 2019

Le chef du Parlement irakien Mohammed al-Halboussi à Bagdad, le 20 avril 2019 - STRINGER / IRAQI PARLIAMENT / AFP

Les députés irakiens ont invoqué "la préservation de la souveraineté" du pays et ont réclamé que le gouvernement "retire sa demande d'aide" à la communauté internationale pour lutter contre Daesh.

Le Parlement irakien a demandé ce dimanche au gouvernement de "mettre fin à la présence des troupes étrangères" en Irak en commençant par "retirer sa demande d'aide" adressée à la communauté internationale pour combattre Daesh.

Lors d'une séance extraordinaire retransmise exceptionnellement en direct à la télévision d'Etat et en présence du Premier ministre démissionnaire Adel Abdel Mahdi, les députés ont approuvé une décision qui "contraint le gouvernement à préserver la souveraineté du pays en retirant sa demande d'aide", a indiqué le chef du Parlement, Mohammed al-Halboussi.

Un peu plus tôt, la coalition internationale anti-Daesh avait annoncé la suspension de ses opérations en Irak, notamment l'entraînement des forces irakiennes et le combat contre l'organisation islamiste, afin de se dédier "totalement à la protection des bases irakiennes qui accueillent ses troupes".

Des opérations américaines "illégitimes"

Le ministère irakien des Affaires étrangères a par ailleurs annoncé ce dimanche avoir convoqué l'ambassadeur américain pour dénoncer des "violations de la souveraineté de l'Irak" après un raid sur des bases des pro-Iran et l'assassinat sur son sol du puissant général iranien Qassem Soleimani.

Il a été dit à l'ambassadeur Matthew Tueller que "ces opérations militaires illégitimes menées par les Etats-Unis sont des attaques et des actes condamnables qui peuvent mener à une escalade des tensions dans la région et qu'elles constituent une violation de la souveraineté" du pays, indique un communiqué du ministère.

Le ministre a également déclaré avoir porté plainte auprès du Conseil de sécurité de l'ONU après "des attaques américaines contre des bases irakiennes" et "l'assassinat de commandants militaires irakiens et amis".

Mélanie Rostagnat avec AFP