BFMTV

Irak: Daesh détruit par les flammes 2.000 livres et manuscrits précieux

L'Etat islamique a pris Mossoul le 10 juin 2014, dans le nord de l'Irak.

L'Etat islamique a pris Mossoul le 10 juin 2014, dans le nord de l'Irak. - Welayat Salahuddin - AFP

Des centaines de livres, manuscrits et œuvres antiques ont été sortis des bibliothèques et musées de Mossoul, en Irak, puis détruits par l'organisation de l'Etat islamique (Daech). Certains documents étaient âgés de 7.000 ans.

C'est peut-être l'autodafé le plus grave de l'Histoire, et pourtant, il est passé presque inaperçu. Au mois de janvier dernier, un commando de l'organisation de l'Etat islamique (Daesh) aurait investi la bibliothèque centrale de Mossoul, en Irak: la ville est en leur possession depuis le 10 juin 2014. Venus "assainir" le fonds, ils auraient emporté avec eux 2.000 documents dans leur pick-up pour les détruire, selon des habitants.

C'est Alarab TV qui le signale dans un article du 1er février, repris par Francetv info. Mais les autorités irakiennes n'ont pas encore confirmé l'information.

Des livres pour enfants

Parmi ces œuvres jugées mauvaises se trouvaient des livres de philosophie, de poésie, mais aussi des ouvrages consacrés au sport ou traitant de la santé. Les hommes de Daesh ont emporté des journaux du début du 20e siècle et des livres pour enfants. Mais surtout, les habitants ont pu constater la disparition de cartes ottomanes, des collections privées offertes à la bibliothèques par de vieilles familles de la région. Seuls les ouvrages traitant de l'islam auraient été épargnés.

Ensuite, le commando s'en est pris à la bibliothèque du musée de la ville, où il a détruit des œuvres irremplaçables datant de 5.000 ans avant Jésus Christ. Il a mis le feu aux documents devant les étudiants après avoir harangué la foule.

La désobéissance de Dieu

Les témoins ont rapporté leurs propos:

"Ces livres appellent à la désobéissance à Dieu, ils doivent être brûlés."

Ce n'est pas la première attaque du genre qui se produit à Mossoul, depuis que l'organisation de l'Etat islamique occupe la ville. D'autre bibliothèques de la ville en ont fait les frais. 

Les pillages et destructions d'œuvres inestimables perpétrés par des intégristes sont malheureusement une constante dans l'histoire. En 2003, avec la chute de Saddam Hussain, les bibliothèques irakiennes avaient déjà été prises pour cible. En mars 2001, les bouddhas de Bamiyan, en Afghanistan, trois statues de 30 à 50 mètres de haut nichées dans la falaise, avaient été la cible de l'obscurantisme des Taliban. En 2012, les mausolées de Tombouctou, classés au patrimoine mondial de l'Unesco, avaient été détruits par les islamistes d'Ansar Dine.