BFMTV

Chrétiens d'Irak: à l'orée d'une "catastrophe humanitaire"

Souvent sans eau, ni nourriture, des milliers de chrétiens d'Irak sont contraints à fuir l'avancée de l'Etat islamique. Ici, des exilés arrivent à la ville de Kirkuk le 7 août 2014.

Souvent sans eau, ni nourriture, des milliers de chrétiens d'Irak sont contraints à fuir l'avancée de l'Etat islamique. Ici, des exilés arrivent à la ville de Kirkuk le 7 août 2014. - -

Le Conseil de sécurité de l'ONU va se pencher jeudi soir en urgence sur le sort de milliers de civils poussés à l'exode par une avancée des jihadistes dans le nord de l'Irak. Paris s'est dit prêt à apporter un "soutien" aux forces combattant les jihadistes.

Des jihadistes se sont emparés jeudi de Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne d'Irak, poussant des dizaines de milliers de personnes à fuir. Ce nouvel exode dépasse largement par son ampleur celui des chrétiens chassés de Mossoul en juin, alors que la communauté chrétienne d'Irak a diminué plus que de moitié depuis 2003. Des responsables religieux, tels le patriarche chaldéen et le pape François, ont lancé un cri d'alarme jeudi, demandant à la communauté internationale de protéger ces civils victimes de persécutions.

A la demande de la France, les 15 pays membres du Conseil de sécurité vont tenir en urgence des consultations à huis clos à New York. Le point sur la situation.

> Paris prêt à apporter un "soutien" pour contrer les jihadistes

Selon le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, il faut mobiliser la communauté internationale "pour contrer la menace terroriste en Irak et pour apporter aide et protection aux populations menacées".

La présidence française a aussi annoncé que Paris était prêt à "apporter un soutien" aux forces engagées en Irak contre les jihadistes de l'Etat islamique (EI), sans préciser la nature de ce soutien.

Le président François Hollande en a fait part par téléphone au président du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, dont les peshmergas combattent les jihadistes.

> Les Américains étudient des options, de l'action humanitaire aux frappes aériennes

Selon le New York Times, l'administration américaine étudierait de son côté une série d'options allant du largage de vivres et de médicaments à des frappes aériennes contre les jihadistes.

Une décision est "imminente, tout cela pourrait aller très vite", a indiqué un haut responsable américain cité par le quotidien. "Nous sommes particulièrement préoccupés par la situation sur une montagne près de Sinjar où des milliers de Yazidis sont coincés depuis deux jours maintenant, sans eau et sans nourriture", a souligné le porte-parole de l'exécutif américain

La Maison Blanche a dénoncé une situation "proche de la catastrophe humanitaire". Mais le porte-parole de l'exécutif Josh Earnest a cependant refusé de s'exprimer sur l'éventuelle mobilisation de l'aviation américaine..

> Le pape et le patriarche chaldéen lancent un cri d'alarme

Selon le patriarche chaldéen Louis Sako, 100.000 chrétiens ont été poussés sur les routes "avec rien d'autre que leurs vêtements sur eux" après la prise de Qaraqosh et d'autres villes de la région de Mossoul (nord) par des combattants de l'Etat islamique (EI).

Parmi ces localités, "Tal Kayf, Bartella et Karamlesh", ont été "vidées de leurs habitants", selon Mosneigneur Joseph Thomas, archevêque chaldéen de Kirkouk et Souleimaniyeh.

"C'est un désastre humanitaire. Les églises sont occupées, leurs croix enlevées", et plus de 1.500 manuscrits ont été brûlés, a souligné Monseigneur Sako.

A Rome, le pape François a lancé un appel urgent à la communauté internationale pour "protéger" les populations en fuite dans le nord de l'Irak.

D. N. avec AFP