BFMTV

Mexique: une récompense de 3,4 millions d'euros pour la capture de "El Chapo"

Photo du baron de la drogue en cavale Joaquin "El Chapo" Guzman présentée lors d'une conférence de presse des autorités mexicaines à Mexico, le 13 juillet 2015.

Photo du baron de la drogue en cavale Joaquin "El Chapo" Guzman présentée lors d'une conférence de presse des autorités mexicaines à Mexico, le 13 juillet 2015. - Yuri Cortez - AFP

Le gouvernement mexicain promet une récompense de 3,8 millions de dollars (3,4 millions d'euros) pour la capture du baron de la drogue en cavale Joaquin "El Chapo" Guzman, a annoncé lundi soir le ministre de l'Intérieur Miguel Angel Osorio Chong. Une somme qui représente le double des sommes habituellement offertes par les autorités mexicaines pour la capture des criminels les plus recherchés.

Une photo récente de Guzman a été montrée sur laquelle le criminel apparaît sans moustache, les cheveux rasés. Le ministre a promis de diffuser également les images de vidéo-surveillance sur lesquelles apparaît "El Chapo" juste avant son évasion.

Des recherches dans le monde entier

"El Chapo", l'un des narcotrafiquants les plus puissants au monde qui s'est échappé samedi soir de la prison de haute sécurité d'Altiplano, "a sans doute bénéficié de complicités" au sein de l'établissement, a ajouté le ministre. "Si c'est bien le cas, il s'agit d'un acte de trahison". Trois responsables de haut niveau de cette prison, située à 90 kilomètres de Mexico, ont été limogés et une trentaine d'employés sont actuellement interrogés, a-t-il indiqué.

Une vaste chasse à l'homme a été lancée dès sa disparition samedi soir, et se poursuit actuellement dans une dizaine d'Etats du pays. Le soutien d'Interpol a également été demandé afin d'élargir la recherche à plus d'une centaine de pays.

Les autorités américaines, notamment, se sont dites "profondément préoccupées" par l'évasion de ce criminel qui contrôlait plus de 75% du trafic de drogue vers leur pays avant son arrestation. Elles considèrent sa capture comme une "priorité", a affirmé lundi le porte-parole du département d'Etat.

H. M. avec AFP