BFMTV

Liban: environ 170 localités confinées pendant une semaine à partir de ce lundi

Un homme vend des masques de protection contre le coronavirus, à Beyrouth le 29 juillet 2020

Un homme vend des masques de protection contre le coronavirus, à Beyrouth le 29 juillet 2020 - ANWAR AMRO © 2019 AFP

Des records quotidiens de contaminations dans le pays obligent le reconfinement de plusieurs villages ainsi que la fermeture des bars et des boîtes de nuit sur l'ensemble du territoire libanais "jusqu'à nouvel ordre".

Près de 170 villages et localités, dont plusieurs dizaines déjà bouclés, vont être confinés pendant une semaine à partir de lundi au Liban, en proie à des records quotidiens de contaminations au Covid-19, a annoncé ce dimanche le ministère de l'Intérieur.

Les autorités libanaises ont également décrété la fermeture "jusqu'à nouvel ordre" des bars et des boîtes de nuit sur l'ensemble du territoire.

Le nombre d'infections au coronavirus dans ce petit pays du Proche-Orient a repris de plus belle depuis le déconfinement début juillet, atteignant désormais 52.558 cas, dont 455 morts.

Selon la circulaire du ministère de l'Intérieur, 169 villages et localités à travers le pays seront confinés à partir de lundi à 6 heures (5 heures à Paris) jusqu'au 19 octobre à 6 heures, dont environ 80 était déjà confinés en vertu d'une décision ministérielle précédente.

La situation sanitaire s'est aggravée après l'explosion du 4 août

Début octobre, le ministère de l'intérieur avait ordonné le bouclage entre le 4 et le 12 octobre de 111 villages et localités.

Lundi, le ministre de la Santé Hamad Hassan a mis en garde contre un scénario dramatique "à l'européenne", appelant à saisir "la dernière chance" offerte par un reconfinement partiel.

Le 21 août, un plan de reconfinement total du pays avait tourné court après son rejet virulent par les commerçants sur fond d'une crise économique, la plus sévère que traverse le Liban depuis des décennies.

Les contaminations étaient reparties en flèche après l'explosion tragique du 4 août au port de Beyrouth, ayant fait plus de 200 morts, 6500 blessés et 300.000 sans-abri.

Les autorités craignent que le secteur médical ne soit rapidement débordé par l'afflux de patients, d'autant que trois hôpitaux de Beyrouth ont été mis hors service par l'explosion.

Ma. D. avec AFP