BFMTV

Les Saoudiennes seront autorisées à assister à des événements sportifs dans trois stades

Le roi d'Arabie saoudite, Salman.

Le roi d'Arabie saoudite, Salman. - AFP PHOTO / SAUDI ROYAL PALACE / BANDAR AL-JALOUD

Trois stades saoudiens entament des préparatifs pour accueillir des familles, et donc des femmes, à compter de 2018. Une nouveauté dans le royaume wahhabite.

L'Arabie saoudite va autoriser les femmes à assister à des évènements sportifs dans trois stades du pays à partir de 2018, une première dans ce royaume ultraconservateur, ont indiqué dimanche les autorités. "Début de la préparation de trois stades à Ryad, Jeddah (ouest) et Dammam (est) pour accueillir des familles à partir de début 2018", a annoncé l'Autorité générale du sport sur Twitter.

Un assouplissement progressif de la condition féminine

Cette décision intervient alors que le royaume musulman du Golfe a récemment entamé un assouplissement des restrictions imposées aux femmes. En septembre, le roi Salmane avait notamment autorisé les Saoudiennes à conduire à partir de juin 2018, une décision historique dans le dernier pays au monde qui interdisait aux femmes de prendre le volant. Quelques jours plus tôt, des centaines de Saoudiennes avaient pris place pour la première fois dans un stade de Ryad, à l'occasion de la fête nationale qui a donné lieu à des concerts et des feux d'artifice. Jusque-là, les femmes n'étaient pas admises dans les stades en application de la règle de séparation entre les sexes dans les espaces publics.

En juillet, des militants des droits de l'Homme s'étaient félicités d'une décision du ministère de l'Education permettant aux jeunes filles de faire du sport dans les écoles publiques. Les femmes saoudiennes ne sont pas autorisée à faire du sport en public. L'ouverture de salles de sport privées pour les femmes avait même suscité des polémiques. En Arabie saoudite, les femmes sont soumises à la tutelle d'un homme de leur famille, généralement le père, le mari ou le frère, pour faire des études ou voyager.

R.V. avec AFP