BFMTV

Les rebelles disent avoir repris Zaouïah dans l'ouest libyen

LES REBELLES DISENT AVOIR REPRIS ZAOUÏAH EN LIBYE

LES REBELLES DISENT AVOIR REPRIS ZAOUÏAH EN LIBYE - -

TRIPOLI (Reuters) - Les insurgés libyens ont annoncé mercredi soir avoir repris le contrôle du centre de Zaouïah qu'ils avaient perdu au cours de la...

TRIPOLI (Reuters) - Les insurgés libyens ont annoncé mercredi soir avoir repris le contrôle du centre de Zaouïah qu'ils avaient perdu au cours de la journée lors d'une offensive des forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi.

Les combats dans cette localité située à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Tripoli ont été parmi les plus violents et les plus intenses depuis le début de la rébellion en Libye il y a trois semaines.

"Grâce à Dieu, nous nous tenons sur la place en ce moment", a déclaré un combattant, du nom d'Ibrahim, joint par téléphone après la diffusion d'informations faisant état d'un repli des rebelles dans cette ville.

"C'est une question de vie ou de mort pour nous. Nous n'avons rien d'autre à faire que combattre", a-t-il ajouté.

Un médecin avait indiqué auparavant que de nombreux morts étaient visibles dans les rues la cité, y compris des personnes âgées, des femmes et des enfants. Au moins 40 personnes, mais sans doute plus, ont été tuées, a-t-il précisé confirmant qu'un peu plus tôt dans la journée les insurgés avaient été chassés du centre.

La chaîne de télévision Al Djazira a rapporté que plusieurs membres des forces soutenant Kadhafi ont été tués à Zaouïah, y compris un général et un colonel.

Le gouvernement libyen a conservé sa version des faits selon laquelle les forces loyalistes avaient chassé les rebelles du centre de Zaouïah et qu'elles fêtaient leur victoire sur des "bandes terroristes".

Sur le front de l'Est, la contre-offensive de l'armée a stoppé la progression des rebelles qui ont été contraints de se replier sur Bin Djaouad, ville de la ligne de front, après avoir essuyé un intense pilonnage.

Les rebelles font également face à un nouveau barrage d'artillerie dans le désert à l'extérieur de la cité portuaire de Ras Lanouf. Les forces gouvernementales auraient touché un oléoduc menant à Sidrah à 550 km à l'est de Tripoli.

Le Dr. Gebril Heouadi, membre de la commission de gestion médicale à Benghazi, a indiqué à la télévision de Reuters qu'au moins 400 personnes ont été tuées dans l'est de la Libye depuis le soulèvement du 17 février.

Maria Golovnina et Michael Georgy; Pierre Sérisier pour le service français