BFMTV

Les luxueuses vacances aux Caraïbes de Boris Johnson font polémique

Les vacances de Noël du Premier ministre font polémique au Royaume-Uni. Qui a payé pour cette fastueuse escapade? Sans réponse convaincante de la part du dirigeant britannique, l'opposition menace de déclencher une enquête parlementaire.

Le coût est estimé à 15.000 livres, soit presque 18.000 euros. Après sa victoire aux élections législatives en décembre, Boris Johnson et sa compagne Carrie Symonds ont passé des vacances sur l'île privée de Moustique, destination prisée de la jet-set à Saint-Vincent-et-les-Grenadines. Mais qui a payé ces luxueuses vacances de Noël? Le Premier ministre britannique a été sommé de s'expliquer ce jeudi. L'opposition brandit la menace d'une enquête parlementaire. 

L'avantage en nature a été déclaré

Boris Johnson affirme que ces vacances ont été payées par David Ross, un donateur du Parti conservateur et cofondateur du distributeur de téléphones mobiles Carphone Warehouse. 

Comme il se doit, le dirigeant a déclaré cet avantage en nature auprès du Parlement, indiquant avoir accepté un "hébergement pour des vacances privées pour ma compagne et moi, valeur 15.000 livres" pour des vacances du 26 décembre au 5 janvier. C'est sur cette déclaration qu'il indique que David Ross a payé pour ces congés en famille.

Problème: dans la presse britannique, un porte-parole de David Ross a assuré que ce dernier n'avait rien sorti de sa poche. L'homme d'affaires aurait seulement aidé Boris Johnson et sa femme à trouver un hébergement, sans pour autant régler la facture.

"Boris voulait de l'aide pour trouver un hébergement à Moustique. David a appelé la société qui s'occupe de toutes les villas et il y avait eu une annulation. Donc Boris a pu occuper une villa, à 15.000 livres, mais David Ross n'a jamais payé quoique ce soit", a déclaré le porte-parole au Daily Mail.

A la suite de la polémique que ce démenti a suscité, le porte-parole s'est repris :

"M. Ross a facilité un hébergement pour M. Johnson à Moustique estimé à 15.000 livres. Il s'agit donc d'un avantage en nature de la part de M. Ross à M. Johnson, et la déclaration de M. Johnson auprès de la Chambre des communes est exacte".

Pour le Parti travailliste, principale formation d'opposition, le député Jon Trickett a demandé à Boris Johnson d'apporter des clarifications, sous peine de faire l'objet d'une enquête parlementaire.

C. S. avec AFP