BFMTV

Les insurgés affirment avoir lancé la "bataille de Damas"

Centrale électrique endommagée dans le quartier de Kaboun à Damas. L'Armée syrienne libre (ASL) a déclaré mardi qu'elle avait déclenché une opération de "libération de Damas" et que les combats en cours depuis trois jours dans la capitale syrienne, impliq

Centrale électrique endommagée dans le quartier de Kaboun à Damas. L'Armée syrienne libre (ASL) a déclaré mardi qu'elle avait déclenché une opération de "libération de Damas" et que les combats en cours depuis trois jours dans la capitale syrienne, impliq - -

par Mariam Karouny BEYROUTH (Reuters) - L'Armée syrienne libre (ASL) a déclaré mardi qu'elle avait déclenché une opération de "libération de...

par Mariam Karouny

BEYROUTH (Reuters) - L'Armée syrienne libre (ASL) a déclaré mardi qu'elle avait déclenché une opération de "libération de Damas" et que les combats en cours depuis trois jours dans la capitale syrienne, impliquant jusqu'à 2.500 insurgés, allait s'intensifier.

Le colonel Kassem Saadeddine, porte-parole du commandement de l'ASL en Syrie, a ajouté que les insurgés allaient viser des installations sensibles liées à l'appareil sécuritaire du régime syrien.

Joint via Skype par l'agence Reuters, il a expliqué que de nombreux combattants insurgés s'étaient infiltrés il y a dix jours et qu'ils seraient rapidement rejoints par d'autres rebelles.

"La bataille de Damas est notre priorité. Nous avons lancé une opération pour libérer Damas", a-t-il dit, ajoutant que les rebelles avaient nommé leur opération "Volcan de Damas et tremblement de terre en Syrie".

Depuis dimanche, la capitale syrienne, qui avait été jusque-là relativement épargnée, est le théâtre de combats d'une intensité inédite depuis le déclenchement de la crise syrienne, en mars 2011.

"Ceci a été planifié il y a un certains temps déjà. Nous avons envoyé de nombreux groupes de combattants dans Damas et ses environs voici dix jours. Nous avons envoyé au moins 50 brigades formées chacune d'une cinquantaine de combattants", a poursuivi le colonel Saadeddine.

"Nous ne nous arrêterons pas, c'est une opération sans retour", a-t-il ajouté.

Selon un officier de l'ASL participant aux combats dans le quartier de Midan, non loin du centre de Damas, la situation au sol est "vraiment excellente". Il a affirmé que les forces insurgées avaient pris le contrôle de ce quartier et qu'ils avaient réussi à repousser les assauts lancés depuis par les soldats syriens.

Sur une vidéo diffusée lundi par la chaîne de télévision Al Djazira, les insurgés affirment être prêts à combattre un mois s'il le faut.

"Nos combattants sont déjà déployés dans des secteurs sensibles de Damas. Ils sont allés là-bas en sachant qu'ils y joueraient leur vie. C'est la bataille, c'est notre bataille", a souligné ce même officier de l'ASL.

"Nous sommes au coeur de Damas, nous avons nos plans, nous avons même prévu des lignes de retraite et des lignes d'évacuation des blessés", a-t-il ajouté.

Un troisième officier a affirmé lui aussi que tout se passait bien: "Je ne peux pas vous donner de détails mais globalement, la situation est bonne, le régime a engagé cette bataille et nous allons la terminer."

Henri-Pierre André pour le service français