BFMTV

Les forces de Kadhafi sur la route de Ras Lanouf

LES FORCES DE KADHAFI SUR LA ROUTE DE RAS LANOUF

LES FORCES DE KADHAFI SUR LA ROUTE DE RAS LANOUF - -

RAS LANOUF (Reuters) - Les forces régulières libyennes, dont la contre-offensive dans le golfe de Syrte fait fuir les habitants et inquiète les...

RAS LANOUF (Reuters) - Les forces régulières libyennes, dont la contre-offensive dans le golfe de Syrte fait fuir les habitants et inquiète les rebelles, se rapprochaient lundi de Ras Lanouf selon plusieurs témoins.

Après avoir reconquis Bin Djaouad, à l'est de Syrte, les forces de Mouammar Kadhafi se dirigeaient vers Ras Lanouf, ville abritant un terminal pétrolier.

Un correspondant de Reuters a vu les forces de Kadhafi à cinq kilomètres environ à l'est de Bin Djaouad dimanche soir et des témoins les ont vues à 20 km lundi matin. Les bataillons avancent donc lentement vers Ras Lanouf, située à 60 km à l'est de Bin Djaouad.

"J'ai été à Bin Djaouad et environ 20 km avant (d'arriver) j'ai vu les forces de Kadhafi, un gros camion et des véhicules militaires, un avion de combat; ils avançaient lentement dans cette direction", a dit un automobiliste, Ahmed al Araibi, à Reuters.

La prise de Ras Lanouf a constitué une victoire majeure des insurgés vendredi mais leur progression vers Syrte, ville natale de Kadhafi, a été interrompue par les hommes du colonel.

Les rebelles ont été contraints de fuir Bin Djaouad sous le feu des forces loyalistes.

"Nous avons entendu que nos positions seraient bombardées donc nous avons emmené nos armes", a dit un insurgé à Reuters, au bord de la route poussiéreuse et balayée par le vent qui longe la Méditerranée.

Un autre a précisé : "Nous les avons emmenées dans le désert." Un troisième rebelle a indiqué que les insurgés se redéployaient dans le désert pour préparer la reconquête de Bin Djaouad.

Les journalistes ont quitté le principal hôtel de Ras Lanouf avant l'aube, le personnel ne pouvant plus garantir leur sécurité. En roulant vers l'est, ils n'ont croisé qu'une poignée de rebelles visiblement en état d'alerte à deux points de contrôle.

Une partie de la presse est revenue à Ras Lanouf mais pas le personnel de l'hôtel, où un combattant rebelle servait le café avec son fusil en bandoulière.

La nuit précédente, des commandants rebelles semblaient préparer, dans le hall de l'hôtel, une opération militaire.

Mais les opposants à Kadhafi rencontrés aux points de contrôle semblaient moins confiants que par le passé, racontant que des familles avaient fui Ras Lanouf et Bin Djaouad.

Mohammed Abbas, Clément Guillou pour le service français