BFMTV

Les combats s'étendent en Libye, incidents à Tripoli

LES MANIFESTATIONS DANS LE MONDE ARABO-MUSULMAN

LES MANIFESTATIONS DANS LE MONDE ARABO-MUSULMAN - -

par Maria Golovnina TRIPOLI (Reuters) - Les insurgés libyens ont engagé vendredi une bataille pour le contrôle du terminal pétrolier de Ras Lanouf,...

par Maria Golovnina

TRIPOLI (Reuters) - Les insurgés libyens ont engagé vendredi une bataille pour le contrôle du terminal pétrolier de Ras Lanouf, dans l'est du pays, et des fusillades ont éclaté à Tripoli, principal bastion de Mouammar Kadhafi où l'opposition est parvenue à se rassembler brièvement.

Les forces fidèles au colonel libyen ont parallèlement lancé une contre-offensive sur Zaouïah, à 50 km à l'ouest de Tripoli, où quelque 2.000 insurgés sont regroupés dans le centre du port, rapportent des habitants. Les chaînes arabes Al Arabia et Al Djazira ont fait état d'un bilan de 13 à 50 morts vendredi.

Les opposants ont exclu toute négociation avec le colonel Kadhafi, hormis sur son exil ou sa démission, alors que la répression des manifestations qui ébranlent le pays depuis le 15 février aurait fait des milliers de morts et a déclenché l'ouverture d'une enquête de la Cour pénale internationale.

Les rebelles, qui contrôlent plusieurs villes de l'Est, ont annoncé qu'ils lanceraient une offensive sur la capitale dès que la communauté internationale aura imposé une zone d'exclusion aérienne au-dessus du territoire libyen.

Sur le front diplomatique, où le projet de médiation proposé par le Venezuela ne fait pas recette, Barack Obama a appelé publiquement pour la première fois au départ du dirigeant libyen tandis que la France et la Grande-Bretagne ont haussé le ton, approuvant jeudi le principe d'une zone d'exclusion aérienne si le régime ne met pas un terme à sa répression.

A Tripoli, des coups de feu ont retenti dans un quartier où les forces de sécurité libyennes ont dispersé des manifestants sortis dans les rues en criant "Kadhafi est l'ennemi de Dieu".

"Ils ont tiré des gaz lacrymogènes. J'ai entendu des tirs. Les gens s'éparpillent", a déclaré un journaliste de Reuters présent à Tadjoura, dans l'est de la capitale, où plusieurs centaines d'opposants se sont rassemblés à l'issue des prières.

"LA VICTOIRE OU LA MORT"

Dans l'Est, les rebelles ont progressé vers le terminal pétrolier de Ras Lanouf, à 600 km environ à l'est de Tripoli, et annoncé la prise de l'aéroport de la ville.

"Nous sommes des combattants, nous ne nous rendons pas. La victoire ou la mort", a déclaré le président du Conseil national libyen (CNL), qui représente l'opposition dans l'Est.

"Nous ne nous arrêterons pas tant que nous n'aurons pas libéré l'ensemble de ce pays", a ajouté Moustafa Abdeldjeïl, ancien ministre de la Justice de Kadhafi, à une foule réunie à Al Baïda, en Cyrénaïque.

Les volontaires qui ont pris les armes pour renverser Kadhafi ont déclaré qu'un avion de chasse gouvernemental avait tenté de bombarder un dépôt de munitions tenu par les rebelles dans la ville d'Adjabiah mais qu'il avait manqué sa cible.

Les bombardements aériens n'ont pas empêché les insurgés d'avancer vers l'ouest sur la route côtière du golfe de Syrte, de la ville de Brega, un terminal pétrolier à 800 km à l'est de Tripoli qu'ils contrôlent.

Le soulèvement en Libye a des conséquences économiques et humanitaires d'ampleur. La production pétrolière du pays, douzième exportateur mondial de brut avec 1,6 million de barils par jour extraits en temps normal, est réduite de moitié.

A la frontière libyo-tunisienne, le pont aérien vers l'Egypte organisé par plusieurs pays étrangers dont la France et la Grande-Bretagne a soulagé la pression due à l'afflux de milliers de réfugiés ces derniers jours.

A Zaouïah, l'approvisionnement en médicaments et en lait pour nourrissons commence à devenir difficile, a dit un insurgé.

Avec Yvonne Bell et Chris Helgren à Tripoli, Tom Pfeiffer et Alexander Dziadosz à Benghazi, Yannis Behrakis et Douglas Hamilton à la frontière tunisienne et les rédactions d'Alger et de Rabat, Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Gilles Trequesser