BFMTV

Les Britanniques aux urnes pour élire leur parlement

Bureau de vote à Pitlochry Town Hall, en Ecosse. Les Britanniques ont commencé à voter pour élire leurs 650 représentants à la chambre des Communes dans un scrutin législatif qui s'annonce comme le plus serré depuis 1992. /Photo prise le 6 mai 2010/REUTER

Bureau de vote à Pitlochry Town Hall, en Ecosse. Les Britanniques ont commencé à voter pour élire leurs 650 représentants à la chambre des Communes dans un scrutin législatif qui s'annonce comme le plus serré depuis 1992. /Photo prise le 6 mai 2010/REUTER - -

Les Britanniques ont commencé à voter pour élire leurs 650 représentants à la chambre des Communes dans un scrutin législatif qui...

LONDRES (Reuters) - Les Britanniques ont commencé à voter pour élire leurs 650 représentants à la chambre des Communes dans un scrutin législatif qui s'annonce comme le plus serré depuis 1992.

Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes à 06h00 GMT et fermeront à 21h00 GMT. Les projections des sondages à la sortie des urnes devraient fournir quelques indications mais il faudra sans doute attendre plusieurs heures avant d'avoir une répartition précise des forces au sein du futur parlement.

Quelque 45 millions de Britanniques sont appelés aux urnes. Le taux de participation lors des précédentes élections législatives s'élevait à un peu plus de 61%.

L'enjeu de ce scrutin est de savoir si l'opposition conservatrice emmenée par David Cameron réussira à rassembler une majorité absolue à la chambre basse.

La perspective d'un parlement bloqué, situation dite de "hung parliament" dans laquelle aucun parti ne dispose de la majorité absolue des sièges, reste une source d'inquiétude, notamment pour les marchés financiers qui redoutent une instabilité politique.

La situation serait inédite depuis 1974 dans un pays qui n'a pas pour tradition d'être dirigé par des gouvernements de coalition contrairement à certains de ses partenaires européens.

Les dernières enquêtes d'opinion donnaient les conservateurs en tête avec une avance oscillant entre six et neuf points sur le Labour de Gordon Brown. Toutefois aucune ne pronostiquait une majorité absolue pour les Tories.

Il semble que les conservateurs n'aient pas réussi à convaincre les électeurs de se rallier à leur programme visant à résorber l'important déficit budgétaire qui pourrait atteindre 163 milliards de livres sterling en 2010 après 13 années de gouvernement travailliste.

L'émergence des libéraux démocrates est venue brouiller encore un peu plus la donne, leur chef de file Nick Clegg se montrant très à son avantage lors des trois débats télévisés qui ont jalonné la campagne.

Les derniers sondages ont montré une certaine remontée du Premier ministre Gordon Brown. Le scrutin majoritaire uninominal à un tour et le découpage électoral pourraient permettre aux travaillistes de rester la première formation en nombre de sièges bien qu'étant la troisième en nombre de voix.

Michael Holden; Pierre Sérisier pour le service français