BFMTV

Le suspect arrêté dit avoir agi seul à Times Square

Agents du FBI après une perquisition au domicile de Faisal Shahzad, à Bridgeport, dans le Connecticut. Ce jeune Américain d'origine pakistanaise interpellé dans l'enquête sur l'attentat avorté de Times Square le 1er mai a déclaré aux enquêteurs avoir agi

Agents du FBI après une perquisition au domicile de Faisal Shahzad, à Bridgeport, dans le Connecticut. Ce jeune Américain d'origine pakistanaise interpellé dans l'enquête sur l'attentat avorté de Times Square le 1er mai a déclaré aux enquêteurs avoir agi - -

par Daniel Trotta NEW YORK - Un jeune Américain d'origine pakistanaise interpellé dans l'enquête sur l'attentat avorté de Times Square le 1er mai...

par Daniel Trotta

NEW YORK (Reuters) - Un jeune Américain d'origine pakistanaise interpellé dans l'enquête sur l'attentat avorté de Times Square le 1er mai a déclaré mardi aux enquêteurs avoir agi seul, ce que les autorités s'attachent à vérifier.

Le suspect, interpellé lundi soir à l'aéroport JFK de New York alors qu'il était en partance pour Dubaï, a affirmé n'avoir aucun lien avec des groupes extrémistes de son pays d'origine.

Le président Barack Obama a déclaré que l'enquête s'efforcerait de déterminer s'il était lié à des groupes extrémistes étrangers. "Justice sera faite", a-t-il ajouté, en assurant que les Etats-Unis ne se laisseraient pas intimider.

Faisal Shahzad, 30 ans, devait comparaître mardi devant un tribunal fédéral de Manhattan pour y entendre les charges retenues contre lui, ont dit le procureur Preet Bharara et le chef de la police de New York, Raymond Kelly, dans un communiqué.

"Il a reconnu avoir acheté le 4X4, avoir assemblé les engins, les avoir installés dans le véhicule, avoir laissé le véhicule (à Times Square) et avoir quitté les lieux", dit-on de source judiciaire. "Il a dit avoir agi seul. Il a reconnu toutes les charges, à vrai dire", ajoute-t-on, précisant que les enquêteurs continuent de se pencher sur les activités du jeune homme lors d'un récent voyage au Pakistan.

Si un lien était établi entre l'attentat manqué de Times Square et les taliban pakistanais, qui l'ont revendiqué, Islamabad pourrait être soumis à une pression accrue des Etats-Unis en vue d'intensifier la lutte contre les activistes islamistes.

COLLABORATION PAKISTANAISE

Le Pakistan a promis d'apporter son aide aux enquêteurs américains. Shahzad, qui a été naturalisé américain l'an dernier, a récemment séjourné au Pakistan pendant cinq mois environ et est revenu aux Etats-Unis en février, dit-on de source judiciaire.

"D'après notre expérience, on a du mal à croire que c'est quelque chose que quelqu'un peut faire seul. Il y a beaucoup de choses que nous ignorons encore", ajoute-t-on.

Les autorités ont perquisitionné le domicile de Shahzad à Bridgeport, dans le Connecticut, a fait savoir mardi le FBI sans dire ce qui y avait été trouvé.

Emirates, la compagnie aérienne à bord de laquelle il avait embarqué à New York, a déclaré que trois passagers avaient été priés de quitter l'avion. CNN a rapporté que deux passagers avaient été mis hors de cause et relâchés.

Les taliban pakistanais ont revendiqué dimanche la tentative d'attentat en disant vouloir venger la mort, le mois dernier, de deux dirigeants d'Al Qaïda en Irak ainsi que l'ingérence des Etats-Unis dans des pays musulmans.

IMPLICATION ÉTRANGÈRE?

Certains responsables se disent sceptiques face à cette revendication. Mais Bruce Riedel, ancien analyste de la CIA, estime qu'il ne faut pas rejeter un possible rôle des taliban.

"Ils ont dit qu'ils voulaient attaquer à l'intérieur des Etats-Unis", a-t-il noté avant l'annonce de l'arrestation, ajoutant que l'incident pourrait impliquer "un Pakistano-Américain qui n'a jamais de sa vie piégé une voiture mais qui est guidé par téléphone ou par internet".

Le Pakistan est un allié des Etats-Unis et d'autres pays de l'Otan dans la lutte contre les taliban en Afghanistan, mais il est aussi considéré comme un terrain d'entraînement pour des activistes islamistes.

Un autre attentat avait déjà été déjoué il y a neuf mois dans le métro de New York. Un immigrant afghan, Najibullah Zazi, a plaidé coupable d'avoir voulu y organiser une série d'attentats suicides. Il a reconnu avoir été entraîné par Al Qaïda au Pakistan.

Garry Hindle, chef de la sécurité et du contre-terrorisme au Royal United Services Institute, une cellule de réflexion britannique, estime que "ce type d'attentat incompétent constitue une tendance".

"S'il est du type des précédents incidents, on peut s'attendre à découvrir plusieurs voyages à l'étranger, un entraînement par des formateurs étrangers et une recherche d'inspiration auprès d'éléments radicaux à l'étranger".

Avec Michelle Nichols à New York, William Maclean à Londres, et la rédaction de Washington, Nicole Dupont pour le service français, édité par Gilles Trequesser