BFMTV

Le pape dénonce la vision purement utilitariste de l'éducation

Au deuxième jour de sa visite en Espagne pour les 26e Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ), le pape Benoît XVI a mis en garde vendredi contre une vision purement utilitariste de l'éducation "qui voit l'homme comme un simple consommateur". Il a adressé

Au deuxième jour de sa visite en Espagne pour les 26e Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ), le pape Benoît XVI a mis en garde vendredi contre une vision purement utilitariste de l'éducation "qui voit l'homme comme un simple consommateur". Il a adressé - -

par José Elias Rodriguez SAINT-LAURENT-DE-L'ESCURIAL, Espagne (Reuters) - Le pape Benoît XVI a mis en garde vendredi, au deuxième jour de sa visite...

par José Elias Rodriguez

SAINT-LAURENT-DE-L'ESCURIAL, Espagne (Reuters) - Le pape Benoît XVI a mis en garde vendredi, au deuxième jour de sa visite en Espagne pour les 26e Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ), contre une vision purement utilitariste de l'éducation "qui voit l'homme comme un simple consommateur".

S'adressant à 1.500 jeunes professeurs venus d'universités catholiques du monde entier dans la basilique de Saint-Laurent-de-l'Escurial, à 45 km au nord-ouest de Madrid, il a souligné que la mission d'un professeur n'était pas uniquement "de former des professionnels compétents et efficaces qui puissent satisfaire la demande du marché du travail".

Face à cette vision uniquement "utilitaire" de l'éducation, "vous sentez sans doute le désir de quelque chose d'autre de plus élevé qui corresponde à toutes les dimensions qui constituent l'homme", a dit le souverain pontife à son auditoire.

"Les jeunes ont besoin de maîtres authentiques; des personnes ouvertes à la vérité totale dans les différentes branches du savoir (...); des personnes convaincues, surtout, de la capacité humaine d'avancer sur le chemin vers la vérité", a ajouté Benoît XVI.

"Le chemin vers la vérité complète engage aussi l'être humain tout entier: c'est un chemin de l'intelligence et de l'amour, de la raison et de la foi."

CHEMIN DE CROIX PLACE DE CIBELES

Auparavant, le chef de l'Eglise catholique avait rencontré 1.600 jeunes religieuses appartenant principalement à des congrégations et des institutions espagnoles, rassemblées dans le patio du monastère de l'Escurial sous un soleil de plomb.

Avant de gagner le monastère, le pape avait rendu dans la matinée une visite de courtoisie au roi Juan Carlos et à la reine Sofia.

Il devait regagner Madrid dans l'après-midi pour un entretien avec le président du gouvernement socialiste, José Luis Rodriguez Zapatero.

Ce gouvernement doit annoncer dans la journée de nouvelles mesures d'austérité pour sortir l'Espagne de la crise de la dette et relancer l'économie.

Le coût de la visite papale a été dénoncé par des manifestants qui ont affronté mercredi et jeudi les forces de l'ordre dans le centre de Madrid. Les "Indignados" qui avaient occupé en mai la Puerta del Sol ont été rejoints dans leur contestation par des groupes gays et lesbiens et même quelques prêtres.

Vendredi soir, Benoît XVI mènera un chemin de croix avec les jeunes place de Cibeles dans le centre de Madrid.

Le point d'orgue de sa visite de quatre jours sera dimanche une messe sur l'aérodrome de Cuatro Vientos, où plus de deux millions de fidèles sont attendus.

Avec Judy MacInnes, Guy Kerivel pour le service français