BFMTV

Le pape annonce sa visite en Terre Sainte fin mai

-

- - -

Le pape François se rendra en Israël du 24 au 26 mai prochain, à Amman, Béthléem et Jérusalem.

Le pape François a annoncé dimanche sa visite en Terre Sainte du 24 au 26 mai, un voyage attendu mais bref, dont il a souligné le caractère œcuménique.

"Dans le climat de joie de cette période de Noël, je désire annoncer que du 24 au 26 mai prochain, j'accomplirai un pèlerinage en Terre Sainte", a déclaré le pape argentin, précisant que son voyage comporterait trois étapes: Amman, Bethléem et Jérusalem.

A l'Eglise du Saint-Sépulcre -où se trouve le tombeau du Christ à Jerusalem selon la tradition chrétienne-, "nous célébrerons une rencontre œcuménique avec tous les représentants des Eglises chrétiennes de Jérusalem ainsi que le Patriarche Bartholomée de Constantinople", a précisé le chef de l'Eglise catholique devant une foule de fidèles rassemblés Place Saint-Pierre pour la prière de l'Angelus.

Un voyage prévu depuis plusieurs mois

Jorge Bergoglio, 77 ans, a annoncé officiellement ce voyage, prévu depuis plusieurs mois, 50 ans jour pour jour après la rencontre, le 5 janvier 1964 à Jérusalem, du pape Paul VI et du patriarche Athénagoras, qui avait marqué le rapprochement entre catholiques et orthodoxes. Cette rencontre s'était déroulée dans le cadre de la première visite jamais effectuée par un pape en Terre Sainte.

Il n'a pas donné d'autres détails sur son programme, n'évoquant pas la célébration, très attendue par les Palestiniens, d'une grande messe à Bethléem, ville palestinienne autonome proche de Jérusalem et lieu de naissance de Jésus selon la tradition chrétienne.

Dans son message de Noël, le président palestinien Mahmoud Abbas a déjà exhorté les pèlerins du monde entier à venir en Terre sainte à l'occasion de la visite du pape, et exprimé l'espoir que cette dernière "offrira l'opportunité aux chrétiens du monde entier de se rapprocher de leurs soeurs et frères en Palestine".

De son côté le site d'information israélien Yenet avait estimé à la mi-décembre que cette grande messe serait "l'événement phare" du voyage du pape en Terre Sainte et qu'elle profiterait à l'autorité palestinienne qui "y gagnera une prééminence internationale".

La rédaction