BFMTV

Le journaliste irano-américain Jason Rezaian libéré par Téhéran va "beaucoup mieux"

Le correspondant irano-américain du Washington Post Jason Rezaian, le 10 septembre 2013 à Téhéran

Le correspondant irano-américain du Washington Post Jason Rezaian, le 10 septembre 2013 à Téhéran - , AFP/Archives

L'Irano-Américain Jason Rezaian, correspondant du Washington Post à Téhéran libéré samedi après avoir passé 543 jours derrière les barreaux, a dit se sentir "beaucoup mieux", ont rapporté des responsables du quotidien dimanche.

"Jason avait un bon moral", se sont réjouis Martin Baron et Douglas Jehl, respectivement directeur de l'information et chef du service étranger du journal américain, dans une note interne envoyée après une brève conversation téléphonique avec Jason Rezaian.

"Quand on lui a demandé comment il allait, il a répondu : +Ca va beaucoup mieux qu'il y a 48 heures+", ont-ils ajouté.

Jason Rezaian, 39 ans, a été libéré samedi dans le cadre d'un échange de prisonniers entre les Etats-Unis et l'Iran, annoncé peu avant l'entrée en vigueur de l'accord nucléaire historique entre Téhéran et les grandes puissances.

Quatre Irano-américains ont été libérés par l'Iran tandis que les États-Unis ont en échange "accordé leur clémence" à sept Iraniens. Téhéran a également relâché un cinquième Américain en signe de "bonne volonté".

Trois des quatre ex-prisonniers, dont Jason Rezaian, ont quitté l'Iran et sont arrivés dimanche en Allemagne, où ils devaient rejoindre une base américaine afin d'effectuer une visite médicale.

La famille du journaliste a affirmé que sa santé s'était beaucoup détériorée en prison, précisant qu'il avait perdu du poids et souffrait d'hypertension. Ses proches ont indiqué qu'il avait été tenu des mois à l'isolement sans même avoir accès à un avocat.

Un Falcon 900 de l'aviation suisse sur le tarmac de l'aéroport de Genève, le 17 janvier 2016
Un Falcon 900 de l'aviation suisse sur le tarmac de l'aéroport de Genève, le 17 janvier 2016 © Richard Juilliart, AFP
la rédaction avec AFP