BFMTV

Le bilan du déraillement de train en Inde s'alourdit

Identification des victimes par des proches devant une morgue de Mednipur, dans le Bengale occidental. Le bilan du déraillement, vendredi, du train express Bombay-Calcutta dans l'est de l'Inde, imputé par les autorités à un sabotage de la rébellion maoïst

Identification des victimes par des proches devant une morgue de Mednipur, dans le Bengale occidental. Le bilan du déraillement, vendredi, du train express Bombay-Calcutta dans l'est de l'Inde, imputé par les autorités à un sabotage de la rébellion maoïst - -

par Parth Sanyal SARDIHA, Inde - Le bilan du déraillement, vendredi, du train express Bombay-Calcutta dans l'est de l'Inde, imputé par les...

par Parth Sanyal

SARDIHA, Inde (Reuters) - Le bilan du déraillement, vendredi, du train express Bombay-Calcutta dans l'est de l'Inde, imputé par les autorités à un sabotage de la rébellion maoïste, s'est aggravé.

Selon un bilan provisoire dont les autorités craignent qu'il ne s'alourdisse encore, 114 personnes ont trouvé la mort et 200 autres ont été blessées.

Les sauveteurs continuent leur patient travail de recherche dans les voitures disloquées du Gyaneshwari Express, qui a déraillé avant de percuter un train de marchandises venant en sens inverse.

"Nous avons identifié les individus responsables de cet accident. Ce sont des maoïstes et nous nous efforçons de retrouver leur trace pour les traduire devant la justice", a déclaré Manoj Verma, un haut responsable des forces de l'ordre.

L'accident, survenu dans l'Etat du Bengale-occidental, a eu lieu dans un bastion de la rébellion en lutte depuis plus de 40 ans contre le pouvoir central.

L'insurrection s'est étendue ces dernières années et le Premier ministre Manmohan Singh a estimé qu'elle représentait la plus grave menace interne à la sécurité du pays.

Un millier d'attaques des maoïstes ont été recensées dans la seule année 2009, faisant 600 morts.

Sur le site de la collision, les sauveteurs continuaient leur travail de désincarcération des victimes prisonnières des wagons.

"Le bilan est monté à 114 morts. Nous retirons d'autres corps", a déclaré à Reuters N.S. Nigam, un représentant des autorités locales. "Il nous faut ouvrir un autre compartiment. Il y a des corps à l'intérieur et le travail ne devrait pas s'achever avant ce soir."

L'origine du déraillement reste incertaine.

L'hypothèse de l'explosion d'une bombe a d'abord été évoquée, mais la police parle désormais d'autres méthodes, comme le retrait des éclisses, ces pièces métalliques assurant la liaison entre deux rails.

Les autorités ferroviaires comptent entamer leur enquête sur l'accident lundi, quand tous les corps auront été récupérés.

Les maoïstes, qui affirment lutter pour les droits des pauvres et des sans-terre, ont déjà attaqué des trains par le passé, surtout dans l'Est.

L'attentat de vendredi met une pression supplémentaire sur le gouvernement dirigé par le parti du Congrès pour qu'il dépêche l'armée afin de réprimer l'insurrection maoïste, qui sévit depuis une quarantaine d'années dans l'est et le centre de l'Inde.

Jean-Stéphane Brosse et Jean-Loup Fiévet pour le service français