BFMTV

La "villa Goebbels": un fardeau historique pour la ville de Berlin

La Villa Goebbels - Mercredi 27 janvier 2016

La Villa Goebbels - Mercredi 27 janvier 2016 - John MacDougall - AFP

Embarrassée par le lourd passé historique de la "villa Goebbels", la ville-Etat de Berlin peine à lui trouver un acquéreur, laissant la monumentale bâtisse à l'abandon se délabrer.

L'ancienne villa du ministre de la Propagande du IIIe Reich, Joseph Goebbels, est un fardeau pour son propriétaire, la ville-Etat de Berlin, qui a renoncé à la vendre, de peur qu'elle ne tombe "entre de mauvaises mains".

Le lourd passé du lieu embarrasse le Fonds immobilier de Berlin (BIM) qui gère l'ensemble des bâtiments appartenant à la ville et qui, faute de vente, souhaite garder le contrôle sur la demeure par le biais d'une location longue durée ou d'un contrat de gérance.

"Je crains vraiment que cela devienne un lieu de pèlerinage pour les nazis et je ne pense pas que nous devons prendre ce risque", souligne la directrice générale du BIM, Birgit Möhring.

Une maison de campagne pour nazis

L'édifice de plain-pied, perdu au milieu des forêts du Brandebourg, au bord du petit lac de Bogensee, était utilisé par le dignitaire nazi comme "maison de campagne", "un lieu de retraite loin du tumulte de la ville", Berlin se trouvant à 40 kilomètres, explique Christian Breitkreutz, responsable de la communication de ce Fonds.

C'est la ville elle-même qui avait offert en 1936 le terrain et une première petite maison au ministre. Séduit par l'endroit, il y fit construire une villa plus vaste, grâce aux généreux financements de l'UFA, la puissante société de production cinématographique sur laquelle il régnait en maître absolu.

Le luxueux édifice en U abritait une salle de cinéma privée, de spacieux séjours avec vue sur le lac, où Goebbels recevait stars, personnalités et maîtresses.

>> LIRE AUSSI: Que faire de l'encombrante maison d'Hitler?

Attaquée par l'humidité et le froid 

Aujourd'hui, les grandes baies vitrées, les boiseries, les marbres sont encore visibles ainsi que certaines pièces mais la demeure, attaquée par l'humidité et le froid mordant dans cet endroit isolé, commence sérieusement à se délabrer, faute d'utilisation. Le Fonds immobilier de Berlin (BIM) a plusieurs fois cherché ces dernières années à vendre l'édifice. Une dernière tentative par appel d'offres s'est soldée par un échec en décembre, car aucune proposition n'a été faite, selon Birgit Möhring, la directrice générale du BIM, qui a désormais définitivement renoncé.

La "villa Goebbels" est d'autant plus encombrante qu'elle vient empêcher toute nouvelle utilisation d'un autre vestige local de l'histoire tumultueuse de l'Allemagne: un vaste complexe érigé après guerre par les autorités de la RDA, l'ancienne Allemagne de l'est, sur le périmètre duquel se trouve la maison.

Ancien centre de formation communiste

Au milieu de la forêt, ces bâtiments construits dans le style stalinien du début des années 50 abritaient le centre de formation des cadres de la Jeunesse allemande libre (FDJ, l'organisation de jeunesse du parti communiste est-allemand SED). Y séjournaient également leurs homologues des partis frères du Vietnam, de Cuba, d'Afrique et d'Europe. A l'époque, la "villa Goebbels" faisait office notamment de supermarché pour les étudiants et de crèche.

Au total, les quatre principaux bâtiments construits après guerre représentent quelque 1.400 m2 de chambres, de salles de conférence, d'espaces d'accueil et de réception qui, aujourd'hui laissés à l'abandon, subissent l'inexorable dégradation du temps.

De rares tournages de films 

"A l'heure actuelle, il n'y a pas de chauffage, pas d'eau courante, il y a d'importants dégâts sur les façades, les toits sont pour partie en ruine, et à l'intérieur, il y a également beaucoup à faire", estime Birgit Möhring qui évoque "des coûts (de réhabilitation) forcément considérables". La directrice générale du BIM pense cependant qu'un avenir existe pour ce village fantôme qui n'est utilisé que pour de rares tournages de films.

"Ce qui nous intéresse vraiment, c'est que quelqu'un arrive avec un concept intelligent pour reprendre, en location ou en gérance, ces lieux chargés d'histoire", poursuit Birgit Möhring, évoquant un centre de formation continue ou une structure hôtelière. Des contacts avec des investisseurs existeraient.

Vers la solution finale de la destruction ?

Reste le problème de la "villa Goebbels" qui, comme les quatre bâtiments principaux de l'université communiste, est classée monument historique. Pour en finir avec le fardeau qu'elle représente, Birgit Möhring souhaiterait parvenir à lui retirer ce statut. "Je suis quelqu'un qui défend absolument l'importance que représente dans cette ville la possibilité de ressentir toujours et encore la présence de l'Histoire", dit-elle. "Mais à mon avis, il faut aussi se demander s'il est judicieux de maintenir certains bâtiments sous le statut de monument historique".

Si la protection dont la villa bénéficie est levée, Birgit Möhring entend lui réserver un sort des plus radicaux: une destruction pure et simple.

l'étrange destin de ces "maisons de l'horreur"

null

A.-F. L. avec AFP