BFMTV

La tempête Agatha fait 96 morts en Amérique centrale

A Tegucigalpa, capitale du Guatemala. Agatha, première tempête tropicale de la saison cyclonique, a fait au moins 96 morts ce week-end en Amérique centrale dont 83 au Guatemala. /Photo prise le 30 mai 2010/REUTERS/Edgard Garrido

A Tegucigalpa, capitale du Guatemala. Agatha, première tempête tropicale de la saison cyclonique, a fait au moins 96 morts ce week-end en Amérique centrale dont 83 au Guatemala. /Photo prise le 30 mai 2010/REUTERS/Edgard Garrido - -

Agatha, première tempête tropicale de la saison cyclonique, a fait au moins 96 morts ce week-end en...

par Herbert Hernandez

CIUDAD DE GUATEMALA (Reuters) - Agatha, première tempête tropicale de la saison cyclonique, a fait au moins 96 morts ce week-end en Amérique centrale, ont annoncé dimanche les autorités après une nouvelle journée de pluies diluviennes.

La tempête s'est abattue samedi sur les côtes Ouest du Guatemala, près de la frontière avec le Mexique. Le pays est le plus durement touché avec 83 décès confirmés dimanche soir par le président Alvaro Colom et au moins 20 personnes portées disparues, selon un dernier bilan.

"Nous avons subi beaucoup de malheurs personnels (...) mais désormais nous entrons dans une période de transition durant laquelle nous assistons les personnes dans les abris", a dit Alvaro Colom lors d'une conférence de presse.

Le pays a fait appel à l'aide de donateurs internationaux et les autorités disent s'attendre à retrouver d'autres victimes.

Une dizaine de personnes auraient péri dans la ville de San Antonio Palopo, à environ 160 km au sud-est de la capitale Ciudad de Guatemala, où une énorme coulée de boue a enseveli tout un quartier.

"Il y a eu une coulée de boue qui a emporté les maisons, les arbres et tout ce qui se trouvait sur son passage", a dit un homme qui s'est présenté à la radio sous le prénom de Luis.

"Nous avons trouvé 14 corps et nous pensons qu'il y en a huit à dix dans la boue", a-t-il ajouté.

DES CENDRES POSENT PROBLÈME

Les équipes de secours s'employaient dimanche à rétablir les moyens de communication avec les villes et villages isolés par les glissements de terrain dus à Agatha.

La tempête a faibli dans la nuit de samedi à dimanche en franchissant les montagnes de l'ouest du Guatemala, mais des pluies diluviennes sont encore prévues pendant plusieurs jours.

Les cours d'eau, gonflés par l'abondance des précipitations, sont sortis de leurs lits et des coulées de boue ont enseveli des habitations dans plusieurs villes.

Depuis le début de la tempête, il est tombé plus d'un mètre de pluie sur certaines parties du Guatemala, où 74.000 personnes ont dû évacuer leurs habitations.

"De nombreux endroits sont isolés mais il semble que le temps va s'améliorer un peu aujourd'hui et que nous serons à même d'y acheminer des fournitures par pont aérien. Le réseau routier est fortement endommagé", a expliqué le chef de l'Etat guatémaltèque, Alvaro Colom, lors d'une conférence de presse.

Neuf personnes ont péri au Salvador voisin et plus de 8.000 ont dû trouver refuge dans des abris de fortune, a déclaré le président de ce pays, Mauricio Nunes.

Quatre autres sont mortes au Honduras, où les autorités redoutent des glissements de terrain.

L'Amérique centrale est particulièrement vulnérable aux fortes pluies en raison de son relief montagneux et de la faiblesse des réseaux de communication.

Les secouristes craignent en outre des inondations plus graves que d'habitude en raison des cendres du volcan Pacaya, entré en éruption jeudi au Guatemala, qui obstruent le système d'évacuation des eaux.

L'éruption du Pacaya, 40 km au sud de Guatemala Ciudad, semblait toutefois marquer le pas dimanche, selon les services de la défense civile. Ce volcan est en activité depuis les années 1960 mais n'avait pas craché de roches et de cendres depuis 1998.

Avec Nelson Renteria et Gustavo Palencia, Jean-Philippe Lefief, Eric Faye et Grégory Blachier pour le service français