BFMTV

La France souhaite que la Russie reste membre du Conseil de l'Europe

Emmanuel Macron et le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Thorbjorn Jagland

Emmanuel Macron et le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Thorbjorn Jagland - LUDOVIC MARIN / AFP

"Le Conseil de l'Europe a besoin de la Russie comme la Russie et les Russes ont besoin du Conseil de l'Europe", a estimé Emmanuel Macron.

A quelques jours de la prise de présidence tournante du Conseil de l'Europe par la France, Emmanuel Macron a souhaité ce lundi que la Russie reste membre de cette organisation malgré les différends les opposant.

"Je souhaite que la Russie reste au sein du Conseil de l'Europe", a déclaré le président en accueillant à l'Elysée le secrétaire général de l'organisation, le Norvégien Thorbjorn Jagland. "Le Conseil de l'Europe a besoin de la Russie comme la Russie et les Russes ont besoin du Conseil de l'Europe, ce qui suppose que ses droits d'Etat membre soient respectés mais aussi que la Russie remplisse ses obligations à l'égard de l'institution", a-t-il encore poursuivi.

Le Conseil de l'Europe, qui a célébré dimanche ses 70 ans, est empêtré depuis plusieurs années dans une crise avec la Russie, qui pourrait atteindre un point de non-retour en juin, à l'occasion de l'élection du successeur de Thorbjorn Jagland.

Tensions autour de la Crimée 

Pour sanctionner l'annexion de la Crimée par la Fédération de Russie en 2014, les droits de vote des parlementaires russes ont été suspendus par l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).

Moscou a répliqué en gelant depuis 2017 son écot de 33 millions d'euros au budget annuel du Conseil et menace de quitter l'organisation si les droits des parlementaires russes n'étaient pas rétablis et s'ils ne pouvaient pas participer à l'élection du nouveau secrétaire général.

"Le Conseil est aujourd'hui mis à l'épreuve, dans son fonctionnement même, dans sa vocation d'être la maison commune des Européens", a relevé Emmanuel Macron.

"Il est mis à l'épreuve dans les valeurs de démocratie et de respect de l'Etat de droit qu'il porte et défend et qui sont aujourd'hui remises en cause dans plusieurs Etats membres", a-t-il ajouté en référence à la montée des populismes en Europe et à la situation des droits de l'Homme dans certains pays du continent.

47 Etats membres

Souvent méconnu, le Conseil de l'Europe compte 47 Etats membres sur l'ensemble du continent, dont la Turquie, la Russie, les pays de l'UE ou encore l'Arménie ou l'Azerbaïdjan, avec pour mission de défendre les droits de l'Homme, la démocratie et l'Etat de droit.

Son bras judiciaire, la Cour européenne des Droits de l'homme, fête de son côté ses 60 ans. Elle est l'instance de dernier recours pour toute personne jugeant ses droits fondamentaux bafoués par un Etat membre.

La France engagera durant sa présidence une "réflexion sur l'avenir du Conseil de l'Europe pour les décennies à venir", notamment en matière de santé et d'innovation, a relevé Emmanuel Macron.

La France soutiendra notamment le projet d'une convention sur l'intelligence artificielle et les droits de l'Homme, a-t-il indiqué.

Hugo Septier avec AFP