BFMTV

La Catalogne se mobilise pour son indépendance

Dans la rue, les indépendantistes se mobilisent massivement pour réclamer la tenue d'un référendum sur l'indépendance de la Catalogne

Dans la rue, les indépendantistes se mobilisent massivement pour réclamer la tenue d'un référendum sur l'indépendance de la Catalogne - AFP

Des milliers de souverainistes catalans ont défilé dans les rues de Barcelone, ce jeudi 11 septembre, pour réclamer le droit de voter sur le maintien ou non de leur région en Espagne.

Le 11 septembre, les catalans sont dans la rue pour célébrer la Diada, journée d'exaltation du sentiment régional. Pour eux, cette date renvoie à une défaite, celle du 11 septembre 1714, lorsque les troupes des Bourbons ont pris la ville de Barcelone et mis à bas les institutions de Catalogne.

Une date qui symbolise la perte de souveraineté 

Aujourd'hui, 300 ans plus tard, les souverainistes se mobilisent en masse pour exiger le droit de rétablir ces institutions. Dans la matinée, 300 violoncellistes ont interprété à Barcelone une composition issue d'un poème de Miquel Martí i Pol, qui, sous Franco, a dénoncé un régime qui muselait la nation catalane.

Un professeur de droit constitutionnel écrit dans le quotidien madrilène "El Pais" que toute cette dramatisation vise à prétendre que cela fait bien 300 ans que l'Espagne opprime la Catalogne.

Le point de rupture est proche 

Le chef du gouvernement autonome de Catalogne prévient Madrid qu'il ne discutera plus d'un autre scénario que celui du 9 novembre. Artur Mas veut que ce jour-là sa nation vote sur son maintien ou non dans l'état espagnol. Il reconnaît que si le tribunal constitutionnel vient à s'opposer à ce référendum, la validation internationale du scrutin sera difficile.

Quelles conséquences économiques? 

Dans ce contexte, les partisans de l'unité se réveillent bien tardivement. L'argumentaire des souverainistes a peut-être déjà pris le dessus : à près de 200 milliards d'euros, la richesse nationale catalane serait supérieure à celle du Portugal. D'ailleurs, l'activité retrouve enfin des couleurs. Au 2ème trimestre, la croissance en rythme annuel a atteint 1,3 %. Une Catalogne indépendante, ce serait aussi la fin des transferts fiscaux vers Madrid : 40 milliards d'euros depuis 5 ans, selon les calculs de 2 universitaires de Barcelone.

En revanche, les souverainistes se montrent moins insistants sur le coût de l'appareil d'Etat et de protection sociale qu'il faudrait bâtir. Pas davantage d'évaluation du risque de fuites de capitaux et de mesures de rétorsion du reste de l'Espagne.

Quant à l'appartenance à l'euro, elle est présentée trop facilement comme allant de soi. Mais s'estimant portés par le souffle de l'Histoire, les militants du "oui" ne se montrent plus sensibles à ces contre-arguments.

Benaouda Abdeddaïm