BFMTV

L'Etat de New York devient le premier Etat américain à interdire le dégriffage des chats

Un chat

Un chat - NOAH SEELAM / AFP

Aux Etats-Unis, New-York est devenu ce mardi le premier Etat à interdire le dégriffage des chats.

L'Etat de New York est devenu le premier Etat américain à interdire l'onyxectomie, ou dégriffage des chats, une pratique très critiquée et déjà interdite dans de nombreux pays, notamment la France.

Déjà interdit dans plusieurs villes américaines, mais dans aucun Etat tout entier jusqu'ici, le dégriffage du chat est une opération lourde qui consiste à amputer la dernière phalange des doigts de l'animal et le priver ainsi de ses griffes.

Déjà interdit dans 24 pays européens 

La convention européenne des droits pour la protection des animaux de compagnie, adoptée en 1987 par le Conseil de l'Europe, interdit notamment l'ablation des griffes et des dents. Elle a été ratifiée à ce jour par 24 Etats européens, dont la France.

"Le dégriffage est une opération cruelle et douloureuse qui peut entraîner des problèmes physiques et comportementaux pour des animaux sans défense", a estimé, dans un communiqué, le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, qui a ratifié lundi l'interdiction votée par le Parlement de New York en juin.

"En interdisant cette pratique archaïque, nous nous assurons que les animaux ne subiront plus ces interventions inhumaines et superflues", a-t-il ajouté.

Le dégriffage restera possible pour des raisons médicales, lorsqu'il existe un risque pour la santé du chat, précise le texte. Les défenseurs du dégriffage font valoir que cette opération évite parfois que des chats soient abandonnés ou euthanasiés, leurs propriétaires ne parvenant pas à les empêcher de griffer. La société new-yorkaise des vétérinaires s'était opposée au texte au moment de son examen, estimant que le dégriffage pouvait être justifié dans certaines conditions.

"Un vétérinaire (...) devrait être autorisé à prendre des décisions médicales après une consultation directe et un examen approfondi", a déclaré l'organisation dans un communiqué.

Plusieurs alternatives existent

L'association américaine des vétérinaires félins a déclaré qu’elle s’y opposait fermement. Se gratter est un "comportement félin normal", déclare-t-elle. L'association suggère aux propriétaires de chats de limer les ongles de leurs animaux a l'aide de grattoirs, couper les ongles régulièrement ou de leur mettre des capuchons synthétiques temporaires, qui doivent être changés toutes les quatre à six semaines.

 "Victoire!", a tweeté l'association de défense des animaux PETA.

"Nous espérons que d'autres Etats (américains) suivront prochainement", a déclaré Linda Rosenthal, élue à l'assemblée de l'Etat de New York à l'origine du texte, citée dans le communiqué du gouverneur.

Selon les chiffres de l'Association américaine des vétérinaires (AVMA) datés de 2017-2018, 25% des foyers américains possèdent un chat, soit plus de 30 millions de bêtes.

Alexandra Jaegy avec AFP