BFMTV

L'Australie admet que le réchauffement climatique a affaibli la valeur de la Grande Barrière de corail

La Grande barrière de corail en 2018

La Grande barrière de corail en 2018 - MIA HOOGENBOOM / ARC Centre of Excellence for Cor / AFP

La Grande Barrière de corail pourrait être inscrite sur la liste des patrimoines "en péril" lors de la réunion du comité du patrimoine mondial de l'Unesco en 2020.

Dans un rapport officiel destiné au comité du patrimoine mondial de l'Unesco dévoilé ce dimanche, l'Australie admet que les critères uniques qui faisaient de la Grande barrière de Corail un site classé au patrimoine mondial étaient largement affectés par le réchauffement climatique.

Il y a "une détérioration des perspectives à long terme de l’écosystème du récif", passant de "mauvaises" à "très mauvaises"", selon le rapport. "Le changement climatique (notamment l’augmentation de la température des mers) est la menace la plus sérieuse et la plus généralisée affectant la Grande Barrière", affirme ici le gouvernement.

Deux épisodes de blanchissement des coraux en 2016 et 2017, qui ont considérablement détérioré la Grande barrière, ainsi que six cyclones tropicaux, sont à l'origine de cette dégradation, selon le rapport.

Un rapport insuffisant

Pour les associations de protection de l'environnement, ce rapport ne suffit pas.

"Le rapport n'oblige pas l'Australie à faire son travail pour réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre", selon Imogen Zethoven, directeur de la stratégie de la Société de conservation marine australienne.

La sénatrice écologiste du Queensland Larissa Waters a également fait part de son mécontentement.

"Un rapport honnête aurait dit: 'C'est cuit pour la barrière sauf si on accélère nos efforts avec plus d'audace'", a-t-elle critiqué.

Selon un rapport international de novembre dernier, l'Australie est, parmi tous les pays du G20, celui qui a adopté la pire politique pour faire face au réchauffement climatique.

Bientôt sur la liste des patrimoines "en péril"?

Le comité du patrimoine mondial de l'Unesco, qui va se réunir en juin 2020 en Chine, devrait revoir le statut de la Grande Barrière de corail. Elle pourrait alors être inscrite sur la liste du "patrimoine en péril".

Cette liste "est conçue pour informer la communauté internationale des conditions menaçant les caractéristiques mêmes qui ont permis l'inscription d'un bien sur la Liste du patrimoine mondial et pour encourager des mesures correctives", détaille l'Unesco.
Alexandra Jaegy