BFMTV

Japon: l'empereur Akihito a abdiqué, une première depuis 200 ans

L'empereur Akihito a accompli sa cérémonie d'abdication ce mardi. Il passe ainsi la main à son fils aîné, Naruhito, qui débutera officiellement son règne mercredi à midi.

Le règne de l'empereur japonais Akihito s'est achevé ce mardi par une cérémonie marquant son abdication et la transmission du trône à son fils aîné Naruhito.

Akihito restera néanmoins officiellement empereur jusqu'à ce mardi soir minuit, heure à laquelle le pays entrera dans une nouvelle ère. Une ère baptisée Reiwa et qui doit s'étendre sur la totalité du règne de Naruhito. 

 Une cérémonie historique

Il s'agit de la première abdication d'un empereur depuis deux siècles. Si la cérémonie, en tant que telle, n'a duré que 10 minutes, le discours d'Akihito restera dans l'histoire.

L'empereur vêtu d'un costume queue-de-pie s'est exprimé en ces termes: "J'exprime du fond du coeur ma gratitude au peuple du Japon qui m'a accepté comme symbole de l'Etat et m'a soutenu". Il a ainsi repris la définition de son rôle telle qu'elle est inscrite dans la Constitution de 1947. Constitution par laquelle l'empereur a perdu son statut semi-divin.

Dans la matinée, il avait annoncé son renoncement dans plusieurs sanctuaires du Palais impérial.

Des Japonais partagés entre tristesse et enthousiasme

Il n'y avait pas d'importante foule devant le Palais impérial ce mardi, mais des touristes japonais partagés entre émotion et enthousiasme à l'idée de ce changement d'époque.

"Je suis né pendant l'ère Heisei donc ça me rend un peu triste qu'elle prenne fin mais je suis aussi excité par cette nouvelle ère qui commence", confie Rikia Iwasaki, un collégien de 13 ans.
"Je voudrais remercier l'empereur pour son dur labeur", témoigne de son côté Hironari Uemara, 76 ans, venu à Tokyo pour l'occasion depuis la ville d'Okayama à l'ouest du pays. L'empereur Akihito et l'impératrice Michiko manqueront également à son épouse: "j'ai envie de pleurer" a-t-elle confié à l'AFP.

La population nippone vit des festivités historiques et quasi inédites puisque, cette fois, la nation n'est pas endeuillée comme c'était le cas en 1989 (mort de Hirohito aussi appelé empereur Showa), en 1926 (mort de l'empereur Taisho) ou encore en 1912 (mort de l'empereur Meiji). Un congé exceptionnel de dix jours a été décrété.

Un couple impérial très respecté

Ayant réussi à créer une relative proximité avec le peuple japonais, le couple impérial est extrêmement respecté par la population. L'impératrice Michiko est le sujet d'un "véritable engouement populaire" et "l'empereur a su entrer dans l'ère de l'affection par exemple en serrant des mains", précise Hideya Kawanishi, professeur de l'Université de Nagoya. 

"L'empereur est à la fois quelqu'un qui appartient aux hautes sphères mais je le ressens aussi très proche de nous du fait notamment qu'il se rendait toujours sur les lieux des catastrophes naturelles pour rencontrer directement le peuple", souligne un collégien rencontré devant le Palais.

Héritant des titres nouveaux d'empereur émérite et impératrice émérite, le couple impérial cède le palais à Naruhito et son épouse Masako, respectivement âgés de 59 et 55 ans.

Un premier discours très attendu

Le premier discours de Naruhito mercredi, après l'intronisation, est très attendu. Il devra y distiller l'esprit qu'il compte donner à son règne.

Akihito a oeuvré à donner une substance à ce rôle et Naruhito promet de s'inscrire dans cette continuité. Il a déjà signifié qu'il continuerait à faire en sorte que les exactions du Japon durant la guerre ne soient pas passées sous silence pour les générations futures. Il aura aussi à coeur de continuer à soutenir les victimes de désastres naturels.

Mais de l'avis des experts, il faudrait qu'il aille encore plus loin pour imprimer sa marque. Sa préoccupation depuis des décennies pour le manque d'eau sur Terre pourrait être l'axe d'un engagement plus international.

Aude Solente avec AFP