BFMTV

Islande: un projet de loi pour  imposer l'égalité des salaires hommes-femmes

Des touristes assis à la terrasse d'un café à Reykjavik le 1er juillet 2016

Des touristes assis à la terrasse d'un café à Reykjavik le 1er juillet 2016 - Karl Petersson, AFP/Archives

Aux termes de cette loi, les entreprises de plus de 25 salariés devront faire certifier qu'elles appliquent l'égalité des salaires.

Le gouvernement islandais a présenté mardi au parlement un projet de loi qui obligera entreprises et services publics à prouver qu'ils versent un salaire égal à leurs employés quel que soit leur sexe, faisant de l'Islande le premier pays au monde à prendre une telle mesure.

Aux termes de la loi, "les entreprises et institutions d'une certaine taille, 25 salariés ou plus devront faire certifier qu'ils appliquent l'égalité des salaires", a expliqué Thorsteinn Viglundsson, ministre des Affaires sociales et de l'Egalité.

L'Islande figure déjà au premier rang du classement du Forum économique mondial qui analyse les inégalités entre les sexes dans le monde, suivie par la Norvège, la Finlande et la Suède.

La nouvelle loi vise à limiter l'écart entre les salaires à 7%, selon Thorsteinn Viglundsson.

Pas d'écart au-delà de 7%

"L'écart entre les salaires (perçus par les hommes et les femmes) est malheureusement un fait sur la marché du travail islandais et il est temps de prendre des mesures radicales, nous avons le savoir-faire et les mécanismes pour y parvenir", a-t-il souligné.

La loi, qui doit entrer en vigueur en janvier 2008, obligera les entreprises et les services publics à subir des contrôles et à disposer ainsi d'un document certifiant qu'ils pratiquant l'égalité des salaires, faute de quoi ils devront payer une amende.

Thorsteinn Viglundsson a reconnu que la nouvelle loi serait contraignante pour les employeurs, tout en affirmant que ses "avantages sont aussi évidents".

L'économie islandaise a le vent en poupe avec l'explosion du tourisme et le secteur de la pêche en plein essor. La croissance économique a affiché 7,2% en 2016, 11% au dernier trimestre.

La rédaction avec AFP